Tourisme-Maroc: Peut-on vraiment tirer des enseignements du modèle turc ?

Tourisme-Maroc: Peut-on vraiment tirer des enseignements du modèle turc ?

Cette phrase a été répétée plus d’une fois par un professionnel turc du secteur, lors d’un séminaire organisé par l’Association nationale des investisseurs touristiques (ANIT) sous le thème «Développement touristique : success story turque et enseignements pour le Maroc». Un évènement qui a permis de faire le tour d’horizon des clés du succès d’une industrie touristique qui, dit-on, a démarré de zéro.

Si en Turquie, la croissance de la pipeline est de 5%, au Maroc elle l’est à hauteur de 13%. En voilà une donnée réconfortante dévoilée lors de cette conférence organisée en partenariat avec la Confédération nationale du tourisme, la Société marocaine d’ingénierie touristique et BDO Hospitality Consulting. Autre bonne nouvelle donnée par Sophie Colvin de STR Global réside dans le fait que pour l’offre future, 60% des projets sont d’ores et déjà en cours de construction au Maroc avec une marge assez importante occupée par le segment haut de gamme.

La disponibilité des éléments de réussite d’un modèle homogène et à grand apport économique fait en sorte que l’adaptation de mesures prises en Turquie au contexte marocain pour dynamiser le tourisme national soit jugée très intéressante. La succés story du modèle turc a été présentée sous plusieurs exemples. A commencer par les grandes initiatives prises par l’Etat dans le but d’appuyer le secteur.

«Au moment où nous mettions en place des hôtels et structures hôtelières, l’Etat se penchait sur la mise à niveau d’une infrastructure à même de complémenter notre offre». Il s’agit notamment de la construction d’aéroports à proximité des stations touristiques. Selon les experts, un aéroport ne doit pas être à plus d’une heure et demie de distance de l’établissement hôtelier. A côté de cela est intervenue la compagnie nationale turque «Turkish Airlines» ainsi que d’autres acteurs clés. Un partenariat public-privé qui a fait de la Turquie une destination touristique de référence.

S’agissant des partenariats public-privé en effet, il y a eu lieu de faire le point sur la destination Belek en Turquie et son émergence. Le gouvernement, tout en misant sur les infrastructures, met en place des conditions séduisantes pour les investisseurs. A noter qu’une station comme Belek, que l’on peut facilement rapprocher au littoral de Saïdia au Maroc, était avant 1985 une région sans infrastructures, sans hôtels et dont l’unique atout était une côte de 20 kilomètres de plages.

A partir de 1985, l’Etat turc a mis à disposition des investisseurs des lots de terrain de 100.000 m2 chacun, par des baux de 49 ans afin de construire des resorts touristiques spécifiques : des hôtels 5 ou 4 étoiles, et des villages de vacances.

A côté de cela, une la loi, qui a été revue en 2003, a permis aux investisseurs d’être exonérés d’impôts tant qu’ils n’avaient pas récupéré leur investissement en fonds propres. Ils étaient également exonérés des taxes d’importation pour certains produits et services, et bénéficiaient de délais allongés pour le paiement de la TVA. L’exemple est là, il a donné ses fruits mais la question se pose d’elle-même : notre gouvernement aura-t-il le courage d’exprimer la même générosité? La réponse attendra.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *