Tourisme : Marrakech : les moissons de Paris

Tourisme : Marrakech : les moissons de Paris

L’atelier de réflexion entre les Tours Opérateurs français et leurs partenaires de Marrakech, organisé le 15 mars 2006 à Paris, intervient dans un contexte particulier. A la suite d’exceptionnelles performances (+23%) du marché français sur la ville ocre en 2005 , mais aussi, après  des débuts de l’année 2006, plus ou moins timides selon les opérateurs.
Fram qui fait le quart du marché français sur Marrakech note un  mois de «janvier plus faible que d’habitude» et un «février qui n’est pas exceptionnel». L’équilibre est attendu pour le mois d’avril, période où Marrakech est très courue par les Français,  vacances scolaires obligent.
Ce démarrage difficile de l’année en cours montre tout l’intérêt d’une telle confrontation entre l’offre et la demande.
Tous les TO qui programment le Maroc étaient présents, à l’instar des représentants de  Marmara, Fram, Voyageurs du Monde, Club Med, Jet Tours, mais aussi Lastminute.com et  de Georges Colson, président du Syndicat national des agences de voyages français. L’occasion de faire un bilan des activités et surtout des projections pour 2006.
Il faut dire que le Maroc dépense 800.000 euros dans le cadre des contrats co-marketing en France. Ces contrats signés avec les TO sont assortis d’objectifs. 
Pour 2005, selon des sources bien informées, Fram, Royal Tours, Voyageurs du Monde, Jet Tours et Club Med ont rempli leur contrat. Ce qui n’aurait pas été le cas, par exemple, de Nouvelle Frontière et de TUI. D’une manière générale et contrairement à l’Italie et à l’Espagne (ou Alpi Tour et Globalia souffrent), les objectifs des TO français ont été atteints. La période printemps-été 2006 devrait consolider les tendances sur Marrakech.
Côté programmation aérienne, Aigle Azur qui assure actuellement 4 vols sur Marrakech passera bientôt à 7 fréquences. Une addition d’autant plus importante que cette compagnie utilise des modules de 170 à 200 places avec des Airbus (A320 et A321) en double cabine.
Chez  Royal Air Maroc, l’année 2005 a vu la consolidation des dessertes point à point.
Pour la saison été 2006, le Marseille-Marrakech passe au quotidien et le Lyon-Marrakech à cinq vols hebdomadaires. D’autres renforcements sont attendus en avril pour combler notamment le départ d’Air Horizon.
Pour sa part, la filiale Atlas Blue qui vient de signer avec Marmara (qui représente 80% de son portefeuille), pour 35 vols par semaine sur Marrakech et Agadir,  continuera à se concentrer sur les ventes sur Internet, laissant à la Royal Air Maroc le GDS et le gros du réceptif.
L’arrivée de Jet 4 You, en code share avec Corsair (dont les opérations sur le Maroc ont été en demi-teinte en 2005), constitue l’autre  nouveauté de la saison qui s’annonce.
Présent lors de la rencontre de Paris, le wali de Marrakech a fait état du plan d’action global et intégré devant asseoir le tourisme sur un socle sain où l’environnement aura son mot à dire. « Malgré la forte croissance, Marrakech conserve son cachet historique et urbanistique. Nous ferons avec les élus et les professionnels le nécessaire pour que cette destination très chère aux Français reste une cité où la proximité, la chaleur de l’accueil et de l’art de vivre seront en permanence au cœur de notre démarche ». Abdellali Doumou est du même avis. Pour le président de la région de Marrakech-Tensift, Al Haouz, l’éco-tourisme et l’authenticité des sites sont les meilleures pistes pour une croissance forte à valeur ajoutée. Des produits commercialisables dans ces niches sont attendus pour 2007. M. Doumou a demandé, en outre, aux prescripteurs de mettre en duo Essaouira et Marrakech qui constituent un package balnéaire-culturel unique autour de la Méditerranée. Pour sa part, Abdellatif Kabbaj, président du Conseil régional du tourisme de Marrakech, a axé son exposé sur le  plan d’action marketing et animation de la destination.
Les TO français sont optimistes pour 2006, qui s’annonce sous de bons auspices, avec une croissance très forte. En tout cas, la Royal Air Maroc est prête à relever le challenge. Présent à cette rencontre, Abderrafie Zouiten, directeur général du pôle RAM-France, a rappelé que la compagnie nationale programme Marrakech à partir de dix villes françaises. Quant à Salma Haddour, directeur de l’ONMT-Paris, elle a rassuré les T.O et les professionnels de Marrakech sur la mobilisation de l’ONMT pour continuer à promouvoir et communiquer sur la destination.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *