Tourisme : Mohamed Sajid énumère les urgences dans l’Oriental

Tourisme : Mohamed Sajid énumère les urgences dans l’Oriental

Aérien, marketing territorial et amélioration de l’image de la destination

En dépit des atouts dont elle regorge, la région de l’Oriental n’arrive pas toujours à atteindre la performance touristique escomptée. Le secteur affiche une évolution plutôt moyenne par rapport aux autres régions du Maroc.

Après Al-Hoceima, c’est à Saidia que les opérateurs touristiques se sont réunis. Professionnels, élus et responsables locaux se sont enquis mercredi de l’état d’avancement de la station balnéaire de la ville.  Une visite du site a été au programme et à laquelle a pris part Mohamed Sajid, ministre du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale.

M. Sajid a énuméré  dans ce sens des urgences  au niveau de cette  destination intégrée. Un besoin en animation, en divertissement et en marketing est à combler à Saidia. Pour se faire, les liaisons aériennes devraient être renforcées à destination de cette ville. Des promesses ont été révélées à ce propos. Le ministère de tutelle lancera incessamment des lignes aériennes nationales et internationales pour desservir à la fois la destination et la région de l’Oriental.

Pas loin de Saidia, Mohamed Sajid,  accompagné de Lamia Boutaleb et Jamila Moussali respectivement secrétaires d’Etat chargées du tourisme et de l’artisanat et de l’économie sociale,  a réitéré son engagement à promouvoir le tourisme dans la région et relever ses défis. «Le ministère du tourisme fournira tous les efforts nécessaires pour parachever le parcours de développement dans la région de l’Oriental», a exprimé le ministre en marge d’une rencontre à la wilaya d’Oujda.

Un travail orchestré devrait dans ce sens être engagé  impliquant en premier lieu l’investissement dans les potentialités touristiques de la région. Ceci permettrait, selon M. Sajid, à promouvoir l’économie locale et contribuer significativement à booster la dynamique économique de la région. La nécessité étant de développer l’offre hôtelière et renforcer l’attractivité de la destination où émergent deux projets structurants, à savoir la station de Saidia et celle de Marchika. En parallèle au tourisme, l’artisanat est une composante à ne pas négliger dans la région de l’Oriental. L’ensemble des intervenants a  confirmé le rôle que joue l’artisanat dans la dynamisation du tourisme.  En effet, la région de l’Oriental regorge d’un potentiel artisanal important. Le tissu coopératif de la région est des plus grands au niveau national. Un atout sur lequel l’ensemble des parties prenantes devrait capitaliser notamment en engageant une approche participative. En outre, l’essor touristique de l’Oriental est tributaire du renforcement des acquis de la région.

En dépit des atouts dont elle regorge, la région de l’Oriental n’arrive pas toujours à atteindre la performance touristique escomptée. Le secteur affiche une évolution plutôt moyenne par rapport aux autres régions du Maroc. Ce ralentissement observé a limité le rendement des plans lancés et des efforts engagés pour drainer les investissements touristiques au niveau local. «Les initiatives visant à accroître le potentiel touristique de la région nous mettent aujourd’hui devant la nécessité de tirer profit des réalisations, notamment au niveau de la station touristique de Saïdia, et mettre en place un plan d’émergence touristique visant à surmonter les problématiques posées et axé sur le renforcement du transport aérien, la promotion et marketing territoriaux et l’amélioration de l’image de l’Oriental», affirme, pour sa part, Mouad El Jamai, wali de la région de l’Oriental.

En ce qui concerne l’économie sociale et solidaire, M. El Jamai a confirmé qu’elle est devenue un pilier de l’économie locale ainsi qu’un levier de l’auto-emploi et de promotion des activités génératrices de revenus. Rappelons que la région est aujourd’hui un vaste chantier de projets socio-économiques. Citons à cet effet : la création de quatre villages de l’artisanat à Oujda, Taourirt, Berkane et Jerrada au moment où d’autres villages sont en cours de construction à Bouarfa, Ahfir et Sidi Chafi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *