Tourisme : résultats mitigés

Tourisme : résultats mitigés

Selon le ministère du Tourisme, le nombre de nuitées déclarées par les établissements d’hébergement touristique classés en juin 2006 affiche  une légère hausse de l’ordre de +2% par rapport à juin 2005. Ce qui est loin des prévisions de la croissance à deux chiffres inscrite dans le contrat-programme 2010.
Du coup, avec ce ralentissement estival, ce sont toutes les performances enregistrées entre janvier et juin 2006 qui retombent à 7%. Une  conjoncture nettement perceptible à Marrakech, première destination touristique du pays. Ainsi, pour le mois de juin, la ville ocre affiche une régression de 3%, «l’un de ses pires résultats depuis des années», affirme un membre de la fédération hôtelière locale. Autre ville en difficulté, Tanger. La capitale du détroit a régressé de 2% par rapport à juin 2005.
Pour le reste, la quasi-totalité des destinations s’est inscrite en hausse en termes de nuitées. Hormis Fès, Ouarzazate et Tétouan dont les nuitées ont stagné, les autres destinations ont enregistré des résultats satisfaisants : +25% pour Meknès, +24% pour Essaouira, +12% pour Agadir, +11% pour Casablanca, +7% pour Tanger et Rabat et +5% pour Marrakech.
Le taux d’occupation des chambres à l’échelle nationale a perdu un point pour atteindre 46% en juin 2006 contre 47% une année auparavant. Sur les six premiers mois, le taux a gagné 2points à l’échelle nationale, passant de 46% en 2005 à 48% en 2006. Pour le ministère du Tourisme, ce ralentissement du rythme de croissance des nuitées peut s’expliquer en partie par l’organisation de la Coupe du monde de football 2006. «La tenue de cet événement mondial en Europe a détourné une partie des touristes européens en ce début de période estivale», note le département de la tutelle. Selon les statistiques, le marché français, bien qu’en régression de 2%, reste toujours le premier pôle émetteur de touristes vers le Maroc avec un total de 3 209 299 entre janvier et juin 2006. Vient ensuite le tourisme interne avec 1 296 586 nuitées et une progression de 5%. Un résultat qui aurait été sans doute plus important, n’eut été le retard pris par le programme du tourisme national ; notamment la mise en place de tour-opérateurs nationaux. La plus forte progression est à mettre au profit du marché britannique, avec 40%, à 546 742 unités. La multiplication des dessertes aériennes entre les villes marocaines et anglaises et la signature de contrats co-marketing avec les TO majors expliquent cette dynamique.
A noter que les recettes en devises générées par le tourisme au titre du premier semestre de l’année 2006 ont progressé de +24% pour atteindre 19,8 milliard DH, soit +3 milliards de dirhams par rapport à la même période de 2005.


 Aéroports : la part du lion pour Casablanca

Depuis le début de l’année 2006, 3,8 millions de passagers internationaux ont transité par les aéroports internationaux du Royaume, soit presque 521.000 passagers supplémentaires par rapport à la même période de l’année précédente. Près de la moitié de ces passagers (47%) sont passés par le hub de l’aéroport Mohammed V. Les aéroports des deux principaux pôles touristiques du Royaume, en l’occurrence Marrakech-Ménara et Agadir-Al Massira, drainent des parts respectives de 30 et 13%. Ces trois aéroports affichent des performances à deux chiffres : +15% pour l’aéroport Mohammed V, +21% pour Marrakech-Ménara et +13% pour Agadir-Al Massira.


Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *