Tourisme : Toujours au stade du bilan

Au lieu d’expliquer les raisons du retard du lancement de la campagne de promotion du tourisme intérieur, le département de M. Oualalou nous apprend, selon une enquête toujours en cours, que le nombre des touristes nationaux a atteint aujourd’hui les 7,5 millions. Il fallait le faire avant. Ce bilan a été communiqué par le secrétaire d’Etat chargé de l’Habitat, Mohamed M’barki, qui répondait mardi dernier au nom du ministre de l’Economie, des Finances et du Tourisme, aux questions orales des conseillers. Cette année, il faudra donc cibler 7,5 millions de citoyens pour les inviter à visiter le pays. Cela nécessite des moyens mais surtout des idées. Jusqu’à aujourd’hui, on ne sait toujours pas les axes sur lesquels l’ONMT (Office National Marocain du Tourisme) va orienter la communication autour du marché du tourisme intérieur ? Faute de temps, on va donc comme d’habitude bricoler. Fathia Bennis, directrice de l’Office s’en défend et précise que «la mission principale de l’ONMT est de promouvoir la destination Maroc à l’étranger.
Selon elle, «la décision de lancer une campagne de sensibilisation ciblant le marché intérieur est intervenue suite à la mauvaise conjoncture par laquelle passe le tourisme en ce moment». Pour l’heure, l’Agence de communication qui assurera la campagne ciblant le marché intérieur n’a pas encore été choisie alors qu’on est au mois de juillet. A en juger par les premiers résultats de l’enquête du ministère du Tourisme, près de 96% de Marocains préfèrent passer leurs vacances au Maroc qu’à l’étranger. Un potentiel énorme qui a été toujours marginalisé dans les politiques antérieures.
L’étude signale que la moyenne de résidence des touristes marocains est de 15 jours. Quant au nombre de nuitées, il s’établit à117 millions dans les différents centres d’accueil du pays. Ce qui représente un tiers des nuitées touristiques au niveau national. C’est un signal fort de la vitalité qu’affiche aujourd’hui le tourisme intérieur.
Les auteurs de l’étude rappellent entre autres que le ministère a pris des dispositions notamment une réduction de 25% du prix de résidence au profit des touristes nationaux. Cette baisse peut aller jusqu’à 50%, si ces derniers font appel aux prestations des agences de voyage.
Il faut noter qu’à l’issue de l’application de la loi «formant statut des établissements touristiques et hôteliers», approuvée dernièrement par le Parlement, certains hôtels non classés, dont le nombre avoisine les 1.000 unités et qui dont la capacité d’accueil de 20.000 chambres, se transformeront en hôtels familiaux. Ce qui, selon les auteurs de l’enquête, contribuera à la promotion du tourisme national. Face à la baisse du nombre des touristes étrangers durant les quatre premiers mois de l’année en cours, le Maroc n’a pas d’autre choix que de stimuler le marché intérieur pour compenser le manque à gagner. Le département du Tourisme s’est pris tardivement. D’autant plus qu’on est toujours au stade du bilan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *