Tourisme: Une stratégie de branding pour Agadir

Tourisme: Une stratégie de branding pour Agadir

La crise bat son plein dans le secteur touristique. La destination Agadir peine à se relever et les efforts se multiplient pour la sortir de l’impasse. L’une des dernières actions des professionnels du secteur est la reconquête des marchés scandinave et russe.

Cependant, les professionnels sont aujourd’hui plus que jamais convaincus de la nécessité de redonner une nouvelle identité à la destination. Le segment balnéaire et le beau temps tout au long de l’année ne peuvent plus être le seul pilier sur lequel repose la commercialisation de la destination. Une nouvelle identité, une nouvelle image et une histoire devraient être créées afin de repositionner la destination. En somme, une stratégie de branding devrait être mise en place.

«Le débat autour d’une stratégie de branding a commencé en début 2015 après la baisse des marchés. Agadir est une station balnéaire qui compte sur la mer mais aujourd’hui elle ne peut plus être le seul attrait. Il va falloir le coupler avec d’autres attraits pour diversifier le produit, donner une nouvelle identité. Nous ne sommes pas des professionnels de la communication et c’est pour cela que nous faisons appel à des professionnels dans le domaine après concertation avec l’ONMT», souligne Mohamed Salah Eddine Benhamane, président du Conseil régional du tourisme.

Quelle image et quelle identité pour la destination ? La réponse sera à chercher auprès de l’agence qui se chargera de la stratégie de branding. Toutefois, les ingrédients sur lesquels misent les professionnels en plus du balnéaire sont le bien-être, sport, golf et les richesses de l’arrière-pays de la destination. «La première étape de ce processus serait d’abord de décliner les produits et attraits de cette destination, se mettre à table avec les professionnels de l’agence de communication choisie et leur raconter l’histoire d’Agadir et ses potentiels. C’est à partir de cela que nous pourrons élaborer une nouvelle image et identité de notre destination», déclare le président du CRT.

Mais comment peut-on créer une nouvelle image et identité de la destination alors que le secteur connaît beaucoup de problèmes ? La journée de réflexion, organisée au mois de mars 2015, a permis de pointer du doigt une panoplie de défaillances. «Nous ne pouvons pas travailler sur les problèmes actuels de la destination et négliger de communiquer.

Le travail doit être fait en parallèle. Oui certains hôtels sont en mauvais état, des chantiers sont arrêtés, nous avons un grand problème au niveau des restaurants, des visions qui ne concordent pas, un manque de produits destinés aux familles et enfants, mais le travail de repositionnement doit être fait tout en travaillant sur l’amélioration de tous les problèmes accumulés depuis des années», souligne Benhamane.

Il est à noter qu’avant la création d’une nouvelle image, une stratégie de branding repose sur des étapes de collecte d’informations, analyse, réflexion, actions et évaluation des retombées. Les professionnels de la destination sont-ils prêts à unifier leur vision de cette destination et de la nouvelle image sur laquelle reposera dorénavant sa commercialisation ?

Tourisme à Agadir : Des chiffres peu reluisants en 2015

L’analyse du cumul des arrivées et des nuitées enregistrées dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant l’année 2015 par rapport à 2014 fait ressortir une baisse de 2,15% en termes d’arrivées, soit 884.848 visiteurs reçus en 2015 par rapport à 904.271 reçus en 2014. Cet écart est encore plus prononcé en termes de nuitées qui ont connu également une baisse de 8,71%, soit 4.160.386 nuitées en 2015 par rapport à 4.557.460 en 2014.

Compte tenu de la contre-performance affichée en 2015, le taux d’occupation moyen s’est replié de 5,99 points atteignant difficilement, dans les hôtels classés d’Agadir, un taux de 50% contre un taux de 53,18% réalisé en 2014. En ce sens, la durée moyenne de séjour s’est rétractée atteignant 4,70 jours contre une durée moyenne de séjour de 5,04 jours observée une année auparavant.

A noter, en ce sens, que le marché national a été le principal émetteur de touristes pour Agadir.
Les arrivées et les nuitées de ce segment se sont nettement améliorées. Ce marché a gagné 6.000 arrivées de plus que celles enregistrées en 2014. Ainsi, les arrivées du marché national à Agadir ont connu une hausse de 43,35%. Ses nuitées se sont également appréciées de 52,68% et la durée moyenne de séjour des touristes nationaux est passée de 2,09 jours en 2014 à 2,23 jours en 2015.
 

Tourisme responsable : Un filon à exploiter ?

Agadir et son arrière-pays se positionnent chaque jour davantage en termes de durabilité grâce à de nombreuses initiatives en tourisme responsable. En effet, plus de 20% des lauréats des trophées nationaux de tourisme responsable ont leur siège à Agadir, soit un total de 5 structures depuis la première édition des trophées en 2008, à savoir l’ONG Migrations et développement en 2008, l’écolodge Atlas Kasbah en 2009, le Club Robinson d’Agadir et Progrès Action Citoyenne en 2010 et le Réseau de développement touristique rural en 2012. Cela fait d’Agadir et son arrière-pays la destination la plus primée en tourisme responsable du Royaume devançant les provinces de Marrakech et Ouarzazate. Cette tendance est, d’ailleurs, confirmée depuis novembre 2015 dans la mesure où l’une de ces structures, l’écolodge Atlas Kasbah, a obtenu la médaille d’or aux trophées internationaux de tourisme responsable à Londres. En ce sens, au-delà de l’image de station balnéaire et de ville affichant le beau temps tout au long de l’année, Agadir peut également se prévaloir d’être un exemple national en matière d’écologie et de tourisme responsable.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *