Transferts MRE : Des retombées macro et micro économiques

Transferts MRE : Des retombées macro et micro économiques

Ces transferts constituent également une bonne source de devises pour le Trésor contribuant ainsi à améliorer le niveau des avoirs étrangers du pays.

Si les liens qui lient le Maroc à sa diaspora sont multiples, il y a cependant des signes qui ne trompent pas et traduisent la solidité de ces liens. C’est le cas des transferts des MRE. Il est vrai que ces liens vont au-delà de ce qui est matériel mais les transferts  restent tout de même un facteur non négligeable. Les chiffres de l’Office des changes sont dans ce sens éloquents. Les premiers mois de l’année en cours ont enregistré une hausse significative des transferts. De janvier à juin dernier, les MRE ont transféré 31,9 milliards de dirhams contre 29,4 milliards de dirhams l’année dernière, soit une hausse de 8,5%. Les transferts continuent sur le même trend haussier que l’année passée.

En 2017, les transferts ont totalisé 65,4 milliards DH contre 62,5 milliards une année auparavant, soit une hausse de 13%. Une performance qui a d’ailleurs, permis d’atteindre le niveau le plus haut des six dernières années. Ces chiffres ont bien évidemment des retombées sur le plan micro et macro économiques. Concrètement, les transferts de la diaspora ont permis de couvrir 64% du déficit commercial l’année dernière. Ces transferts constituent également une bonne source de devises pour le Trésor contribuant ainsi à améliorer le niveau des avoirs étrangers du pays. Sur le plan microéconomique, les transferts sont souvent le témoin d’une solidarité exemplaire entre les immigrés marocains et leurs familles. Il est vrai qu’une bonne partie de ces fonds est consacrée à la consommation.

Mais de plus en plus de MRE choisissent de consacrer leur économies à l’investissement contribuant ainsi à la création de richesses et de l’emploi dans leur pays d’origine. «Il nous est très difficile, et même impossible de concevoir la réalisation de la grande vision stratégique symbolisée par le projet de développement socio-économique du pays, conduit par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, sans que les Marocains résidant à l’étranger et plus particulièrement aux Etats-Unis, n’y soient partie prenante», avait expliqué  Abdelkrim Benatiq, ministre chargé des MRE. L’enjeu pour le Maroc aujourd’hui est d’attirer plus d’investissements de la part de la diaspora.

«Nous devons passer d’un processus traditionnel qui veut que des Marocains résidant à l’étranger s’envolent pour leur pays d’origine uniquement pour y passer les vacances et rendre visite à leur famille, à un processus où ils investiraient dans leur pays», avait-il ajouté.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *