Transformation digitale : Les entreprises de plus en plus conscientes du phénomène 4.0

Transformation digitale : Les entreprises de plus en plus conscientes du phénomène 4.0

La révolution numérique continue de marquer le monde de l’entreprise chamboulant ainsi tous ses paradigmes.

A l’ère de la digitalisation, de nouveaux concepts émergent. Le plus tendance ces derniers jours est le  «4.0». Loin d’être une simple appellation, le  «4.0» est devenu un phénomène qui envahit la sphère entrepreneuriale promettant en perspective une meilleure productivité et plus de compétitivité. Pour bien assimiler ce fait, une étude est actuellement en cours pour analyser la perception des entreprises marocaines petites ou grandes de ce phénomène ainsi que les enjeux associés.

Cette enquête, menée par le cabinet de conseil Officium en partenariat avec l’Observatoire marocain des pratiques de management (OMPM) et la Fédération du commerce et services relevant de la CGEM, a permis de mesurer l’impact de cette digitalisation sur le tissu entrepreneurial marocain. Il ressort en gros une bonne compréhension du phénomène qui est due essentiellement aux efforts engagés par les différentes parties prenantes en matière de sensibilisation. En effet, les résultats préliminaires de l’enquête démontrent qu’il y a une réelle prise de conscience de l’importance de la digitalisation.

Toutefois des défis restent à relever pour réussir cette transition. Parmi les principaux enjeux identifiés figurent le défi humain, le développement de nouvelles compétences, la réingénierie des méthodes de travail ainsi que la gestion de la cybersécurité pour plus de protection de l’information sensible et le savoir-faire.

En examinant l’état de maturité de la transformation digitale au sein de l’entreprise marocaine, il ressort que malgré la connaissance des dirigeants de l’intérêt de la digitalisation, la réalité reste différente des perceptions. En tout, 39,8% des répondants confirment que cette transition figure dans le projet global d’entreprise au moment où cette question n’est pas du tout abordée pour 21,5 %.

Au niveau des TPME, 30,8% indiquent que ce process fait partie de leur projet global tandis que 33% n’ont toujours pas franchi le pas. Notons que le phénomène 4.0 est généralement porté par la direction générale de l’entreprise. Un constat confirmé par 54,5 % des répondants alors que 12,5 % l’attribuent à la DSI et 8,9 % à la direction industrielle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *