Transport : Quatre candidats pour les bus de Rabat

Transport : Quatre candidats pour les bus de Rabat

Ce matin, les communes se donnent rendez-vous à la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs. Elles devront toutes exposer leurs propositions quant au cahier des charges dont devra s’acquitter le candidat retenu pour la gestion du transport urbain à Rabat. «Nous entamons, désormais, la phase finale de cette concession. Une fois cette base de travail mise en place, le cahier des charges sera ficelé», indique le chef de la division économique et sociale de la wilaya. Depuis quelques jours, les réunions se succèdent pour la sélection du meilleur candidat à la gestion du transport. Ils étaient neuf candidats à déposer leurs offres pour décrocher la gestion déléguée du transport à Rabat, Salé, Skhirat et Témara. Du lot des neuf soumissionnaires, quatre sont, aujourd’hui, présélectionnés. Il s’agit du groupement Keolis, Somed, Fipar-Holding (France), Veolia Transport, STB et la société de transport espagnole « Alsa ». Cette dernière, déjà présente à Marrakech depuis 1999, veut, à présent, élargir ses activités et sa présence à travers le Maroc. Elle devra donc affronter les trois autres soumissionnaires qui remplissent, pour la wilaya, l’essentiel des critères : «Nous demandons, d’abord, à ce que les bus soient en très bon état, qu’ils soient dotés de couloirs spacieux  et qu’ils soient irréprochables au point de vue esthétique. Nous avons, également, accordé un grand intérêt à l’intégration du personnel de la RATR et des autres sociétés», insiste ce chef de division.
Le choix du concessionnaire de la gestion déléguée du transport s’est fait attendre très longtemps à Rabat, mais ce chantier devait relever un double défi alliant l’organisation à la modernité à l’image même de Rabat qui fait peau neuve. Pour déblayer le chemin et évaluer les besoins, il aura fallu faire appel à la réalisation d’un Plan de déplacement urbain (PDU). Objectifs : élaborer une carte de transport collectif, améliorer les liaisons et optimiser la circulation. Une étude de base sur laquelle repose l’avenir de tout le transport à Rabat (20 années à venir). Cette « radiographie », dont les résultats devraient être annoncés après 18 mois d’étude, a été financée par un don espagnol d’un coût global d’un million euros. Ce travail est mené par le groupement Ineco (espagnol)-Indesa-Betec et Marketing (Maroc). Bien avant que ce diagnostic ne soit établi, les travaux de la voirie seront entamés en parallèle. Tout un comité de pilotage est attelé à la tâche à laquelle s’ajoute la priorité de mettre en place, également, des mesures d’accompagnement. Il faut dire que les autorités de la ville ont pour prérogative de réussir ce changement très précisément. Car le transport urbain a toujours posé un gros problème à Rabat, surtout après la chute de la Régie autonome des transports, paralysée face au cumul de ses charges.
En confiant la gestion déléguée du transport à un seul concessionnaire pour une durée de 15 années, les autorités veulent résoudre tout un problème. Avec l’arrivée du tramway, l’organisation du transport est devenue indispensable.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *