Transport routier : bientôt la régulation

Transport routier : bientôt la régulation

Les différents membres de la Confédération sont sortis  de la rencontre avec Karim Ghellab avec la garantie d’une rencontre avec le Premier ministre au courant de ce mois, une rencontre nationale entre le 6 et le 9 novembre (600 personnes sont attendues) et surtout la publication des résultats d’une étude des coûts de transport prévue le 10 novembre. Œuvre d’un grand cabinet international, ce rapport est pour le moment secret.
La validation de l’étude se fera à l’instar de ce qui se passe en Europe, en présence des transporteurs, des chargeurs et des commissionnaires. La publication de cette étude tant attendue conduira logiquement à la mise en place de lois anti-dumping, cela bien que le code normatif au Maroc n’est pas encore institué.
Autre point important et sur lequel le ministère de tutelle accorde une attention particulière, le diesel industriel. La mesure est appliquée en France sur la base des coûts référentiels depuis  le début des années 80, suite à la libéralisation du secteur.
Au Maroc, la notion de diesel industriel vise un réaménagement de la Taxe Intérieure de Consommation (TIC), laquelle représente 60% du coût du gas-oil. Etant donné que les recettes tirées de la TIC et de la TVA augmentent avec l’envolée des prix, pourquoi l’Etat ne partagerait-elle pas les plus-values (recettes induites) avec les opérateurs ? se demande Abdelilah Hifdi, président de la Fédération nationale des transporteurs routiers.
En France, on distingue le gas-oil bleu pour la pêche, le gas-oil rouge pour le chauffage domestique et le blanc pour les transporteurs routiers. Ces carburants sont tous colorés pour éviter des fraudes. Au Maroc, les dérapages enregistrés dans le  gas-oil spécial destiné à la pêche montre toutes les difficultés à instituer le gas-oil professionnel. M. Hifdi se dit convaincu que la fraude sera assez limitée dans le secteur du transporteur routier. «Les camionneurs sont astreints depuis longtemps à des déclarations obligatoire le premier février de chaque année. Ils doivent indiquer le kilomètrage parcouru et le litrage ». De telles publications, juste avant la date butoir du 31 mars (publication des résultats), rendent la fraude difficile. Qu’en pense le ministre de tutelle ? Prudent, Ghellab propose la constitution d’une commission mixte afin de déterminer les mesures à entreprendre. 
Les  transporteurs ont présenté au ministre l’idée d’une augmentation de la  charge des camions de 40 à 44 tonnes, comme c’est le cas dans toute l’Europe. Pas de problème mais à condition qu’une telle augmentation n’ait un impact négatif sur les infrastructures routières et la stabilité des véhicules, répond le ministre. Attentif aux doléances des opérateurs, Ghellab est resté assez réservé sur le projet de la mise en place de tarifs préférentiels de nuit pour les autoroutes. Tout au plus, il aura promis d’évaluer les niveaux des services et la qualité des prestations sur les grandes artères du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *