Transports : Casablanca : M’dina Bus s’offre Rahabus

Transports : Casablanca : M’dina Bus s’offre Rahabus

Un long suspens a été levé hier mardi 6 mars  au tribunal de commerce de Casablanca. Il s’agit du rachat de Rahabus, société de transport placée en liquidation judiciaire. Des quatre offres qui étaient présentées, celle de  M’dina Bus a été jugée plus pertinente. Rappelons qu’il y avait dans la course la société Tugsal, celle-là même qui voulait reprendre la gestion de l’ex RATC , un opérateur saoudien et une société marocaine basée à Meknès. Difficile de connaître avec précisions la particularité des offres, les unes par rapport aux autres. Des sources proches du dossier avancent que l’offre du Saoudien concernait la totalité de Rahabus alors que celle de son concurrent direct concernait la partie casablancaise de Rahabus.
Contacté par nos soins, Haj Abdelkader Anouar, manager de Rahabus, n’a pas fait de commentaires.
Pour sa part,  le gérant de  M’dina Bus, Mohamed Chrouate, explique les raisons de cette reprise par l’ambition de son entreprise d’améliorer le service du transport urbain à Casablanca: «Nous avons effectivement repris les actifs de Rahabus ainsi qu’une partie du personnel pour pouvoir répondre aux objectifs de notre contrat de gestion déléguée». L’opération permet aussi à  M’dina Bus de poursuivre son développement comprenant, précise M. Chrouate,  «la structuration des activités, la mise à niveau organisationnelle, le rachat de nouveaux bus ».
L’entreprise qui compte  plus de 700 bus aujourd’hui fait état de 500 mille voyageurs transportés dont 100 mille étudiants par jour. L’entreprise qui emploie 4.000 personnes et dispose  de 13 mille points d’arrêts à travers toute la ville ne compte pas sortir en dehors de Casablanca : «pour l’instant, nous sommes concentrés sur la wilaya du Grand Casablanca», rappelle M. Chrouate, assez explicite : «Nous souhaitons travailler dans un esprit de partenariat avec tous les acteurs concernés de la ville, cela malgré l’irrespect contractuel des concessionnaires qui prend fin le 20 octobre 2009». D’ici cette date, le manager de  M’dina Bus table sur un objectif de 1.000 bus roulants.
Le rachat de Rahabus ouvre manifestement de nouvelles perspectives pour les partenaires de la RATP. Avant d’être placé en liquidation judiciaire, la société a passée une bonne période (depuis 2003) sous le régime du redressement judiciaire. Rahabus devait, conformément au remède prescrit, procéder à une augmentation du capital de la société à 164,5 millions de dirhams ainsi qu’apurer ses comptes en allégeant le passif du paiement de certaines dettes et des échéances de loyer des bus. C’est tout ce plan laborieux et optimiste par endroits (prévoyant de porter le chiffre d’affaires de la compagnie à 148 millions en 2011) qui a été abrégé. La mise en fourrière récente d’une partie du parc de Rahabus pour non-respect des règlements n’est qu’une autre illustration des difficultés de cette compagnie .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *