Travail du troisième shift au port de Casablanca: Ce que recommande l’ANP

Travail du troisième shift au port de Casablanca: Ce que recommande l’ANP

Le travail du troisième shift devient obligatoire au port de Casablanca. C’est ce qu’a décidé l’Agence nationale des ports (ANP).

Cette décision s’inscrit dans le cadre des mesures prises par l’Agence et qui marqueront de manière importante le mode d’exploitation du port de Casablanca en 2016. Ainsi, l’Agence nationale des ports exigera, à partir du 1er janvier 2016, la continuité des opérations de manutention en «3×8» au port de Casablanca. Ceci concernera les trafics ne faisant pas l’objet de sortie directe et les navires dont les opérations de manutention exigent moins d’un shift pour leur terminaison.

«Cette décision vise à assurer la célérité des opérations de déchargement, l’augmentation des rendements journaliers de manutention et par conséquent la réduction des délais de séjour des navires et de leur attente en rade du port. Elle permettra d’induire des gains substantiels pour les opérateurs économiques, en termes de réduction des coûts d’escale, d’optimisation des surestaries», relève-t-on de l’Agence nationale des ports. L’ANP souligne par ailleurs qu’il a été décidé de rendre obligatoire le travail des navires pendant les dimanches du 13, 20 et 27 décembre 2015 dans les autres ports de commerce, notamment Nador, Jorf Lasfar, Safi et Agadir. Cette décision intervient dans l’attente de l’entrée en vigueur de l’adoption du travail en continu, et en vue de faire face à l’afflux des navires sur les ports nationaux en cette fin d’année.

Par ailleurs, l’Agence a évoqué les rounds de concertation tenus en partenariat avec les professionnels et concessionnaires de terminaux. «Ces concertations ont débouché sur une panoplie de mesures d’ordre opérationnel permettant de contribuer à la célérité du transit du trafic portuaire», souligne dans ce sens l’ANP. Il s’agit en effet de l’institution d’une commission chargée de contrôler le respect des horaires de travail par les exploitants portuaires, notamment le respect des démarrages et terminaison des shifts. Outre l’amélioration du mode de fonctionnement des «ponts-bascules», les rounds ont abouti à la désignation d’une commission mixte qui sera présidée par l’ANP.

«La commission se penchera sur l’élaboration et la mise en place de cadres fixant les conditions de traitement de certains trafics qui sont généralement traités par campagne et qui constituent souvent des sources de congestion des installations portuaires», explique l’Agence. Rappelons que plusieurs chantiers sont ouverts au port de Casablanca. La finalité étant d’améliorer le mode d’exploitation de cette infrastructure.

Parmi les travaux, l’ANP cite : le déplacement de certains navires saisis vers des postes d’accostage moins sollicités, l’amélioration du système de pesage au sein des terminaux polyvalents, l’amélioration des prestations du contrôle par scanner, l’ombrage des zones affectées à la visite douanière, la délégation, conformément à la réglementation en vigueur, à des prestataires de services la réalisation et la gestion de laboratoires dans l’enceinte du port.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *