Trésor: Un déficit allégé à fin juillet

Trésor: Un déficit allégé à fin juillet

Le déficit du Trésor se résorbe. A fin juillet, l’écart s’est réduit de près de 6 milliards de dirhams. Il est passé en une année de 29,1 milliards de dirhams pour atteindre les 23,2 milliards de dirhams.

La Trésorerie générale du Royaume (TGR), qui vient de dresser le bilan des statistiques des finances publiques, souligne également des recettes en nette consolidation. Elles se sont établies à 124,2 milliards de dirhams, en hausse de 3,7% par rapport à la valeur générée une année auparavant. Une hausse expliquée par la TGR par la progression des recettes fiscales. Ces dernières se sont établies à 111 milliards de dirhams, en amélioration de 5,8%. «L’évolution des recettes fiscales résulte de l’augmentation de 6,5% des recettes douanières et de 4,8% de la fiscalité domestique», relève-t-on de la publication de la Trésorerie générale du Royaume.

Contrairement à la baisse relevée à la même période de l’année passée, les recettes douanières ont enregistré à fin juillet un additionnel de 2,5 milliards de dirhams. Elles se sont ainsi situées autour de 34 milliards de dirhams. Ce montant est constitué principalement de la TVA à l’importation. Pour une valeur de 19,8 milliards de dirhams, la TVA à l’importation est passée d’une baisse de 3,7% en juillet 2015 pour atteindre un pic de 5,9% au même mois de l’année en cours.

Les droits de douane se sont soldés, pour la même période, à 5,4 milliards de dirhams, en hausse de 19,7%. Les taxes intérieures de consommation sur les produits énergétiques se sont légèrement appréciées passant de 8,6 milliards de dirhams à 8,7 milliards de dirhams à fin juillet.

En revanche, les recettes non fiscales ont connu une importante régression. La baisse évaluée est de 11,3%. Se référant à la TGR, ce repli résulte de la baisse de 42,8% des recettes en atténuation des dépenses de la dette, de 79,7% des fonds de concours et de 46,4% de la redevance gazoduc.

Par ailleurs, le mois de juillet a été marqué par une baisse des dépenses ordinaires. Elles se seraient situées en retrait de 4% par rapport au niveau observé l’année passée.
La TGR indique dans ce sens que les dépenses émises au titre du budget général ont atteint les 175,5 milliards de dirhams, en retrait de 2,4% par rapport à la même période de l’année passée.

Les dépenses de fonctionnement ont régressé de 5,5% au moment où les dépenses d’investissement ont marqué une hausse à deux chiffres. Cette hausse est évaluée à 13,8%, soit des dépenses de l’ordre de 35,3 milliards de dirhams contre 31 milliards de dirhams l’année passée. En outre, la TGR fait observerà fin juillet une légère hausse de la dette intérieure. L’encours s’est élevé à 475,3 milliards de dirhams, en progression de 0,8% par rapport à fin 2015. De même, les dépôts au Trésor ont atteint 57 milliards de dirhams à fin juillet, en hausse de 4 milliards de dirhams par rapport à leur niveau de fin décembre 2015.

Collectivités territoriales : Les dépenses grimpent
Argent-liquide-Maroc35,8 milliards de dirhams, telles sont les dépenses globales réalisées par les collectivités territoriales à fin 2015. Elles s’inscrivent en hausse de 13,3% par rapport à l’année d’avant. Pour la même année, les dépenses ordinaires des collectivités territoriales se sont chiffrées à 21,4 milliards de dirhams, en progression de 2,5%.

«Cette hausse est due à l’augmentation de 1% des dépenses de personnel, de 4% des dépenses des autres biens et services et de 5% des charges en intérêts de la dette», explique la TGR.
En termes d’investissement, les collectivités territoriales ont dépensé 14,5 milliards de dirhams.
Ces dépenses sont en amélioration de 34,2%, tirées par la hausse de 41,2% des émissions au titre des programmes nationaux, de 49,6% des programmes intégrés et de 32% des travaux neufs et grosses réparations. Selon la TGR, ces travaux interviennent pour 31% des dépenses d’investissement réalisées par les collectivités territoriales en 2015.
En détaillant par type de collectivité territoriale, la TGR fait ressortir des dépenses de l’ordre de 18,4 milliards de dirhams des communes urbaines, totalisant une part de 51,3% des dépenses globales réalisée, en 2015. Et de préciser que «les dépenses de personnel et les dépenses de matériel ont constitué une part importante des budgets des communes rurales et des communes urbaines, alors que celles réalisées par les régions et les préfectures et provinces sont constituées à hauteur de 75,8 et de 65,2% des dépenses d’investissement respectivement», ajoute la même source.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *