Trésor : Un déficit de 30 milliards de dirhams à fin novembre

Trésor : Un déficit de 30 milliards de dirhams à fin novembre

Atténuation du déficit du Trésor à fin novembre. L’écart s’est résorbé de 8 milliards de dirhams portant ainsi le besoin du Trésor à 30,6 milliards de dirhams contre 38,6 milliards de dirhams à fin novembre 2016.

Cette atténuation tient compte du solde positif de 13,7 milliards de dirhams dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’Etat gérés de manière autonome. C’est ce qui ressort des dernières statistiques des finances publiques rendues publiques par la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Le bilan dressé au titre du onzième mois de l’année fait ressortir une hausse de 4,5% des recettes ordinaires. Ces dernières se sont établies à 196 milliards de dirhams alors qu’elles se situaient autour de 187,5 milliards de dirhams une année auparavant. Cette hausse s’explique par la progression des recettes douanières. Ces dernières ont atteint les 55,1 milliards de dirhams à fin novembre, en hausse de 4,2% par rapport à la même période de l’année dernière. Une évolution tirée par la baisse de 6,8% des droits de douane conjuguée à la hausse de 7,4% de la TVA à l’importation et celle de 3,7% de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur les produits énergétiques. La hausse des recettes ordinaires a été également tirée par la progression de 6% de la fiscalité domestique résultant de la progression de 13,6% de l’impôt sur la société, 2,4% de l’impôt sur le revenu, de 6,5% de la TVA à l’intérieur au moment où les droits d’enregistrement et les majorations des retards se sont repliés respectivement de 2,7 et 5,3%. De même, les recettes de la TVA à l’intérieur se sont consolidées à fin novembre de 1,2 milliard de dirhams pour se situer autour de 18,8 milliards de dirhams contre 17,7 milliards de dirhams une année auparavant.
Notons que ces recettes sont passées d’une baisse de 5,4% observée à la même période de l’année passée à une hausse de 6,5% à fin novembre 2017.
En revanche, les recettes non fiscales ont affiché un repli à fin novembre. Se situant autour de 19,1 milliards de dirhams, ces recettes se sont retractées de 3,6% en raison, entre autres, de la baisse de 65,2% des recettes en atténuation des dépenses de la dette et de 2,8% des recettes de monopoles. Par ailleurs, les dépenses ordinaires émises se sont accrues de 1,3% à fin novembre. La TGR explique cette hausse par l’augmentation, entre autres, de 23,2% des émissions de la compensation et de 0,2% des dépenses de biens et services. En ce qui concerne l’investissement, les dépenses émises sont passées en une année de 52 milliards de dirhams à 53,7 milliards de dirhams grimpant ainsi de 3,3% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette hausse résulte de la progression de 5,8% des dépenses des ministères et de la diminution de 1,1% des charges communes. Le taux d’engagement global des dépenses s’est établi dans ce sens autour des 77%, soit un montant de 398,7 milliards de dirhams. Le taux d’émission sur engagements s’est articulé, quant à lui, autour de 88%.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *