Tri des déchets ménagers: Une «maison verte» à Dcheira El Jihadia

Tri des déchets ménagers: Une «maison verte» à Dcheira  El Jihadia

Dès novembre prochain, la première «maison verte» sera fonctionnelle dans la région du Souss- Massa. Il s’agit d’une entité rurale qui aura pour mission la collecte, le tri et aussi la valorisation des déchets ménagers. Le budget alloué à ce projet pilote est de 428.000 dirhams.

«Ce montant pourrait augmenter en fonction des besoins d’équipements», explique à ALM Amine Hammi, président de la fédération nationale des villages et villes vertes (FN3V). Cette initiative a fait l’objet d’une convention-cadre entre la fédération et l’initiative nationale pour le développement humain ainsi que le conseil communal de Dcheira El Jihadia. Cette «maison verte» visera l’inclusion de 15 collecteurs de déchets ambulants «Mikhala».

Elle connaîtra également le recrutement d’une personne à besoins spécifiques pour faire le tri sur place ainsi qu’un agent de sécurité. «La maison verte est née de la volonté de remédier à la dégradation de l’environnement qui est menacé par l’accumulation des déchets post-consommation. Notre mission relève d’un second constat qui acte que les deux activités complémentaires de ce secteur, à savoir la collecte et le recyclage, sont largement imprégnés par l’informel», apprend-on du président de la FN3V.

Selon la fédération nationale des villages et villes vertes, la convention-cadre prévoit la création au Maroc de 180 maisons vertes. «Ces maisons vertes contribueraient à la régularisation du travail des collecteurs de déchets ambulants en leur permettant de profiter du service environemental intégré, élaboré par la fédération», explique Amine Hammi. Le service environnemental en question a pour but de promouvoir l’apport volontaire des récupérateurs ambulants de déchets, et de faciliter le travail aux collecteurs en mettant à leur disposition les moyens techniques nécessaires.

En effet, ces collecteurs qui travaillent actuellement dans l’informel vont bénéficier d’un dispositif de formation et d’accompagnement leur permettant de créer leurs propres entreprises. Ils deviendront ainsi des partenaires du projet «maison verte». De même, le projet prévoit la mise en œuvre d’un programme de proximité avec les associations œuvrant dans le domaine de l’environnement. Il s’agirait de la création d’une alliance, pour consolider les efforts éparpillés à l’échelle du territoire et les aider à créer une «maison verte» par association.

Maryem Laftouty
 (journaliste stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *