UE-USA : Le match

Peu d’études se sont intéressées à l’évolution du concept du capital-risque toutes branches confondues à travers le monde. L’une d’entre elles s’est contentée d’établir la comparaison de la pratique de ce métier et de son évolution de part et d’autre de l’Atlantique. Celle-ci a été publiée en mars 2001. Depuis, beaucoup d’eau aurait coulé sous les ponts mais les chiffres restent quand même révélateurs. Ces derniers montrent que la balance penche plutôt vers le pays de l’oncle Sam au détriment du vieux continent. Ceci pour la simple raison que le marché du capital-risque européen est relativement jeune dans la mesure où il ne remonte qu’aux années 70, indiquent les analystes. Son homologue Américain est quant à lui, apparu 20 ans plus tôt et dispose aujourd’hui d’une ancienneté qui peut expliquer un différentiel d’activité important vis-à-vis du marché européen, poursuivent-ils. Il n’en reste pas moins que rapporté au PIB le capital-risque américain reste en effet 5 fois supérieur à son homologue européen. Ce n’est pas rien et le gap est important.
Dans le détail, il est intéressant de souligner tout de même que le capital-risque tant américain qu’européen a connu une forte progression sur la période récente. Ainsi, sur les 5 dernières années, le montant total investi est passé de 1.8 à 11.2 M d’euros aux Etats-Unis soit un facteur de 6 et de 0.3 à 3.5 M d’euros en Europe soit un facteur de plus de 10. Cette dynamique ne s’est pas démentie sur les dernières années, en particulier en 1999 où les taux de progression ont atteint les niveaux records de 150% et de 70% respectivement, précise l’étude.
Au total, grâce à son fort taux de progression le capital-risque européen qui ne représentait que le 6ème du capital risque américain en représente aujourd’hui prés du tiers soit un quasi doublement en valeur relative. Il convient toutefois de noter que cette dernière progression résulte en partie de l’engouement des investisseurs pour les technologies liées à Internet, ceci étant particulièrement marqué pour le marché américain. Ainsi 66% des investissements de capital-risques américains réalisés en 1999 ont concerné ce type de secteur, ce taux n’atteignant que 30% en Europe, relativisent les rédacteurs de l’étude.
En effet, le développement du capital-risque a été fortement stimulé par celui des valeurs de croissance et tout particulièrement des valeurs technologiques.
Ces marchés apparaissent, en effet, comme la porte de sortie idéale pour les investisseurs en capital-risque à la fois pour les facilités de sortie qu’ils permettent et pour la base d’évaluation qu’ils représentent. Il est ainsi indéniable que le développement récent de ces marchés en Europe (Nouveau Marché, Neuer Markt…) ont dopé le développement du capital-risque sur le vieux Continent, a conclu l’étude.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *