UMA : bientôt une banque maghrébine

UMA : bientôt une banque maghrébine

Le Conseil des ministres maghrébins des Finances a tenu, mercredi dernier à Tunis, une ultime réunion pour examiner les modalités de lancement de la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE) et de la souscription au capital de cette institution régionale. Cette rencontre, à laquelle a pris part le ministre des Finances et de la Privatisation, Fathallah Oualalou, a par ailleurs adopté le statut de la Banque maghrébine dans sa forme définitive.
Concrètement, la Banque maghrébine sera composée d’une assemblée générale des souscripteurs, d’un conseil d’administration de 10 membres (deux de chaque pays de l’UMA) et d’un directeur général désigné pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois.
Le capital de la BMICE s’élève à 500 millions de dollars. Il sera réparti entre les cinq pays membres de l’UMA, qui sont d’ailleurs invités à payer leurs parts avant le 15 février 2007. Le capital déclaré devra être souscrit au moment de la création à cent cinquante millions de dollars repartis à parts égales entre les cinq pays membres. Le premier quart du capital souscrit sera libéré en fonction de l’activité de la banque sur décision du conseil d’administration, et ce dans un délai de cinq années. Les Etats membres sont en outre appelés à aider la BMICE à mobiliser auprès des bailleurs de fonds les ressources financières à des conditions avantageuses. Précisons par ailleurs que l’assemblée générale constitutive de cette banque est convoquée pour le mois de mars 2007.
L’objectif de la création de cette institution financière maghrébine est de contribuer à l’édification d’une économie maghrébine compétitive et intégrée, à réaliser des projets mixtes, à promouvoir les échanges commerciaux inter-maghrébins et à renforcer les investissements et la circulation des biens et des capitaux entre les pays du Maghreb. Dans une déclaration à la MAP, M. Oualalou a précisé que cette nouvelle institution financière est de nature à contribuer au développement économique maghrébin, notamment à travers la coordination de la politique douanière, la mise en place de la zone de libre-échange, la promotion du partenariat en matière de transport aérien et maritime, l’intensification des contacts entre les promoteurs économiques maghrébins et la réalisation de la complémentarité en matière économique et financière.
Selon la convention portant création de cette institution, la BMICE a en effet pour mission de « contribuer à la mise en place d’une économie maghrébine liée et intégrée, de financer les projets mixtes, d’encourager la circulation des capitaux et de développer les échanges commerciaux », actuellement en deçà de leurs potentialités (environ 3% de leurs échanges avec l’extérieur).
Cet organisme financier international autonome jouit par ailleurs de la personnalité morale et de la pleine capacité juridique pour entreprendre tout acte concernant la réalisation de ses objectifs.
Il est à rappeler que l’accord relatif à la création de cette banque, dont le siège est prévu à Tunis, a été signé en 1991 en Libye. Le Conseil des ministres maghrébins des Affaires étrangères, tenu le 7 janvier 2006 à Tripoli, avait alors recommandé le parachèvement des modalités de constitution de la BMICE.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *