Un 1er mai calme sur fond de dialogue social

Malgré le refus des centrales syndicales des propositions du gouvernement dans le cadre du dialogue social, le calme a régné à la fête du Travail cette année.  Mardi, la série des réunions tenues par le gouvernement avec les centrales syndicales les plus représentatives prenait fin avec la présentation de la première partie de nouvelles propositions en vue de l’amélioration du revenu et des salaires des différentes catégories des fonctionnaires et des salariés des secteurs public et privé. 
A ce titre, Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, a exprimé l’engagement du gouvernement à garantir l’équilibre entre la préservation du pouvoir d’achat, notamment pour les salariés à revenu limité, et le besoin de faire face aux retombées de la conjoncture économique internationale sur l’économie marocaine.
Dans ce contexte, les propositions du gouvernement ont consisté en une offre qui demandera aux caisses de l’Etat plus de 16 milliards de dirhams. Il s’agit, principalement, de la révision de l’IGR et l’augmentation des salaires des fonctionnaires classés dans les échelles de rémunération situées dans une fourchette allant de 300 à 459 dirhams sur deux étapes, à savoir le versement de 50% du montant de l’augmentation à partir de début juillet prochain et des 50% restants à partir du début juillet 2009, tel que l’a précisé Jamal Rhmani.
D’autre part, pour le gouvernement, il est de même question de rehausser les allocations familiales de 150 dirhams pour les établir à 200 dirhams par enfant, et ce, pour les trois premiers enfants. Et pour la première fois, ces mesures s’accompagneront par la généralisation de l’octroi de ces indemnités aux ouvriers agricoles, au même titre que les salariés des secteurs de l’industrie, du commerce et des services.
Revenant une nouvelle fois sur la qualité des efforts fournis par le gouvernement dans le cadre du dialogue social, Jamal Rhmani, dans une allocution donnée à l’occasion du 1er mai, a mis en avant le fait que le gouvernement a compris à leur juste mesure les revendications faites, en répondant à leur majorité dans un grand sens de la responsabilité, sans affecter néanmoins les efforts d’investissement et les programmes de réformes sur lesquels le Maroc s’est engagé. 
Selon M. Rhmani, et au-delà des propositions précitées, des procédures spéciales ont été tracées pour accompagner le secteur textile et habillement et pour que les hausses demandées par les syndicats n’en altèrent pas la compétitivité.
Par ailleurs, la satisfaction des revendications vise, aussi, la revue à la hausse des revenus des fonctionnaires à travers la hausse des salaires pour les fonctionnaires à revenus limités, l’activation du rythme de la promotion des agents de l’Etat classés dans les échelles de 1 à 4, la régularisation des situations des fonctionnaires de l’Entraide nationale, la baisse de l’Impôt sur le Revenu (IR) qui passera de 42 à 38% sur deux périodes entre 2009 et 2010, de tel sorte que cette baisse touche toutes les tranches de l’IR, et l’élévation du plafond du salaire exonéré d’impôt sur le revenu de 24.000 dirhams par an à 27.000 dirhams dans une première période pour atteindre 30.000 dirhams dans une deuxième période.
Ces mesures et d’autres, a-t-il considéré, sont à même d’avoir une incidence directe sur l’amélioration des salaires et du revenu de l’ensemble des salariés des secteurs public et privé, y compris les employés et agents des collectivités locales et des établissements publics et semi-publics, particulièrement les catégories à revenu limité qui sont au coeur des préoccupations du gouvernement.
Aussi, ces mesures profiteront-elles au même titre aux retraités. En ce sens, qu’outre la hausse des faibles pensions de 100 dirhams dans la perspective de la réforme du système de retraites, la situation de cette catégorie va s’améliorer à l’instar des autres salariés. S’agissant de la promotion interne dans la fonction publique qui a été évoquée au cours des rounds du dialogue social, le ministre a indiqué que le gouvernement a proposé l’examen de cette question dans sa globalité dans le cadre d’une commission ad-hoc qui présentera les résultats de ses travaux lors des réunions du dialogue social prévues en septembre 2008, précisant qu’il a été, entre-temps, décidé d’augmenter le quota de la promotion à 25%.
Soulignons, en outre, que dans le cadre du dialogue social, le gouvernement a formulé la proposition de parachever l’arsenal juridique concernant le Code du travail, la promotion des relations professionnelles, la poursuite de la réforme des systèmes de retraite et l’amélioration de la situation des retraités. Il s’est aussi engagé à institutionnaliser le dialogue social à travers l’organisation de deux rounds avec les partenaires sociaux et économiques en avril et septembre de chaque année avec un ordre du jour défini. D’ailleurs, M. Rhmani a indiqué que le gouvernement a proposé d’approfondir la réflexion sur certaines questions et de les examiner avec les partenaires sociaux lors d’un round prévu en septembre
prochain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *