Un bon premier semestre pour la BMCI

Un bon premier semestre pour la BMCI

La BMCI (Banque marocaine pour le commerce et l’industrie) confirme, au titre du premier semestre 2006, sa capacité de croissance et de rentabilité malgré un environnement concurrentiel difficile, marqué notamment par une forte pression sur les taux d’intérêts. Les filiales de la BMCI ont ainsi poursuivi leur développement en ce début 2006 et ont contribué de manière significative aux résultats de la banque. La BMCI a en effet connu, durant les six premiers mois de l’année en cours, un développement soutenu de ses ressources qui ont atteint 29,2 milliards de DH, soit une progression de 5,9% par rapport à la même période de l’exercice précédent.
Ce premier semestre 2006 s’est par ailleurs clôturé sous le signe d’une rentabilité accrue. Ainsi, le Produit net bancaire (PNB) a enregistré une croissance de 6,5% pour atteindre 908 millions de dirhams. Une bonne performance, résultat d’une forte dynamique affichée par les activités commerciales notamment en marge d’intérêts (+6,5%) et de commissions (+26,1%).
Le résultat brut d’exploitation a augmenté pour sa part de 6,8% par rapport à fin juin 2005, pour s’établir à 513,7 millions de dirhams au 30 juin 2006. En progression constante, le résultat courant d’exploitation s’affiche à 403 millions de dirhams, soit en augmentation de 7,2% par rapport au premier semestre 2005. Enfin, le résultat net s’élève, au 30 juin dernier, à 263,4 millions de dirhams, soit une croissance de 7,6%. Ce premier semestre 2006 a par ailleurs connu un développement marqué de l’activité. Confirmant l’engagement continu de la BMCI dans le financement de l’économie, les crédits par caisse ont progressé de 11,7% pour s’établir à 25,6 milliards de dirhams à fin juin 2006, contre 22,9 milliards une année auparavant. Les engagements par signature ont par ailleurs enregistré une augmentation remarquable de 31,8% pour s’établir à 9,5 milliards de dirhams. Les frais de gestion ont pour leur part connu une légère hausse de 4,9% pour s’établir à 395 millions de dirhams, en ligne avec le budget. Ainsi, le coefficient d’exploitation s’est sensiblement amélioré, pour s’établir à 43,5% à fin juin 2006, contre 44,2% pour la même période de l’année précédente, traduisant ainsi la maîtrise des charges tout en assurant la dynamique de croissance de la banque. Cette amélioration a été réalisée tout en maintenant un important effort d’investissement notamment pour l’extension du réseau d’agences et le développement des systèmes informatiques et organisationnels. La banque a par ailleurs confirmé sa volonté de se hisser aux meilleurs standards de la profession en matière de couverture de risque. Les dotations nettes aux provisions pour engagement se sont ainsi élevées à 105 millions de dirhams, soit un taux de couverture de 77% contre 70% à fin juin 2005.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *