Un centre de loisirs et de commerce de 4 hectares au cœur de Casablanca

Un centre de loisirs et de commerce de 4 hectares au cœur de Casablanca

Fait singulier, les bâtiments existants de l’ancien aéroport d’Anfa seront conservés dans le respect de la mémoire du site et seront intégrés de manière cohérente dans la programmation et le fonctionnement du centre qui, pour précision, prendra place à l’endroit de l’ancienne aérogare et de la première tour de contrôle.

Une composante de plus pour le futur centre urbain Casa- Anfa. Son aménageur, l’Agence d’urbanisation et de développement d’Anfa (Auda), vient de mettre sur les rails un projet de centre d’animation et de commerce qui prendra place au sein de la cité naissante de 350 ha, réalisée à l’emplacement de l’ancien aéroport d’Anfa. Un appel d’offres vient d’être lancé dans ce sens pour la sélection des développeurs et des gestionnaires de la future infrastructure. D’une superficie constructible globale de près de 42.000 m², cet équipement constitue «un des principaux repères du futur centre urbain et est destiné à créer un premier cœur urbain animé et vivant à Casa Anfa», apprend-on auprès du management de l’Auda.

Dans le détail, le centre comprendra une partie significative dédiée aux loisirs (cinéma, bowling, patinoire, fitness, etc.) ainsi qu’un hypermarché d’une superficie de près de 5.000 m2. Il sera également doté d’un parking en sous-sol d’une capacité minimale de 800 places. Fait singulier, les bâtiments existants de l’ancien aéroport d’Anfa seront conservés dans le respect de la mémoire du site et seront intégrés de manière cohérente dans la programmation et le fonctionnement du centre qui, pour précision, prendra place à l’endroit de l’ancienne aérogare et de la première tour de contrôle. C’est dire que l’Auda place la barre haut son ambition étant «de faire de cet équipement de référence du projet un lieu de rendez-vous pour les habitants et les actifs et plus largement un lieu de destination pour les Casablancais».
Pour le reste, les équipes de l’Auda font savoir que les autres composantes du futur centre avancent bien. Pour rappel, les travaux de viabilisation d’une première tranche de 100 hectares ont été finalisés depuis la mi-2013. Cette première phase comprend une partie du parc métropolitain qui s’étendra à terme sur 50 ha et qui constitue l’autre composante emblématique de la future cité. A cela s’ajoutent les quartiers Anfa clubs et Anfa cité de l’air à dominante résidentielle, et la première tranche d’un quartier d’affaires qui abritera Casablanca Finance City.

Une partie importante de la première tranche serait finalisée dès 2018
Au niveau de la composante résidentielle, six promoteurs immobiliers ont lancé à ce jour sept projets, à savoir Yasmine Signature, Bouygues Immobilier Maroc, Asma Invest, Walili, CGI (qui développe deux programmes) et plus récemment le groupement Thomas & Piron et AG Real Estate. Sur l’ensemble, un seul programme est actuellement en cours de livraison, fait-on savoir auprès de l’Auda tandis que le reste est en cours de construction. Concernant la place financière qui abritera les sièges d’institutions financières nationales, les travaux de construction de la première Tour de Casablanca Finance City Authority ont démarré. La première tranche inclut aussi des opérations de développement d’équipements qui avancent tout aussi bien, selon l’Auda. Deux lots destinés aux écoles ont été attribués à l’Ecole française internationale (EFI) et au Groupe scolaire la Résidence, dévoile l’aménageur. D’autre part, des négociations sont en cours pour l’attribution de lots destinés aux hôtels, aux cliniques ainsi qu’aux établissements d’enseignement supérieur.
Au train où vont les choses, l’Auda s’attend à ce qu’une partie importante de la première tranche soit finalisée dès 2018. Du fait que différentes composantes ont été initiées parallèlement dans cette première phase, l’aménageur estime qu’elle se caractérisera par une programmation équilibrée avec un cœur économique qui abritera la future place financière, un grand parc central d’une vingtaine d’hectares, une composante résidentielle, des commerces et divers équipements, notamment de santé, d’éducation et des hôtels. Là n’est pas tout puisque cette première zone de développement bénéficiera aussi d’une bonne accessibilité par l’aménagement de nouvelles voies de circulation et d’une desserte en transports collectifs dont la première ligne du tramway déjà en service.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *