Un début d’année déficitaire

Le premier semestre de cette année, soit la période comprise entre le mois de janvier et celui de mai, s’est soldé par un déficit en matière de transactions commerciales du Maroc avec l’étranger. Il a été donc enregistré un déficit de l’ordre de 13,79 milliards de DH, contre 19,12 milliards de DH, l’année précédente.
Pour sa part, la valeur globale des transactions commerciales avec l’extérieur a atteint près de 87,42 milliards de DH au cours de la même période. C’est une hausse de 3,6% qui s’affirme par rapport à l’année dernière, dont le montant était de 84,39 milliards de DH.
Le même office souligne que «cet allégement est dû à une progression des exportations de plus de 12,8%».
Par ailleurs, le bulletin de l’Office des Changes apporte d’autres explications : ces résultats viennent «au moment où les importations ont accusé une baisse de moins 2,2%.»
C’est ainsi qu’en matière d’exportations, ces dernières ont enregistré 32,63 milliards de DH durant le premier semestre de l’année dernière. En revanche, pour l’année en cours, le montant s’élève à 36,81 milliards de DH, alors que les importations ont baissé pour se fixer à 50,61 milliards de DH. En 2001, ce sont 51,76 milliards de DH qui ont été enregistrés en matière des importations. L’Office des Changes a noté que le chemin emprunté a fait en sorte que le taux de couverture des importations par les exportations ait atteint 72,7% à la fin du mois de mai de cette année. Par contre, durant la même période en 2001, le taux était de 63%. Ainsi l’augmentation est de l’ordre de 9,7 points.
Les détails transmis par l’Office des Changes donnent des explications également quant aux causes de la baisse des importations. On apprend qu’elle résulte d’abord de la baisse des produits énergétiques, des demi-produits et des biens de consommation. D’autre part, les autres groupes de produits, notamment les biens d’équipement et les produits bruts, ont connu une certaine hausse. D’ailleurs, en dehors de la baisse des exportations des produits finis de consommation et des produits énergétiques, les autres groupes de produits connaissent des améliorations. Viennent en tête de liste les produits alimentaires suivis des produits bruts d’origine minérale, qui atteignent respectivement plus de 25,2% et plus de 47%. Les demi-produits affichent plus de 10,9%. Plus de 38,4% de hausse pour les produits finis d’équipement et plus de 31,7% pour les produits bruts d’origine animale et végétale, apprend-on auprès de l’Office des Changes. De plus, ce dernier ne manque pas de préciser que la part des ventes de phosphates et dérivés, dans les exportations globales, recule de 14,6% contre les 15,1% au mois de mai de l’année 2001.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *