Un déficit commercial de 76,20 milliards de dirhams à fin septembre

Un déficit commercial de 76,20 milliards  de dirhams à fin septembre

Bien qu’elles aient affiché une variation bien plus supérieure à celle des importations, les expéditions marocaines n’arrivent toujours à prendre le dessus sur les achats.

Sur les neuf premiers mois, les importations se sont consolidées en valeur d’environ 20,9 milliards de dirhams au moment où les exportations ont vu leur valeur se renforcer de 19,7 milliards de dirhams. Cette évolution différenciée a contribué à l’accroissement du déficit commercial. L’écart s’est ainsi creusé de 1,2 milliard de dirhams, soit un solde négatif de 76,20 milliards de dirhams contre 74,83 milliards de dirhams observé une année auparavant. C’est ce que l’on peut déduire des indicateurs mensuels des échanges extérieurs au titre du neuvième mois de l’année.

L’Office des changes fait ressortir dans ce sens des importations de l’ordre de 347,07 milliards de dirhams, en amélioration de 6,4% par rapport à la valeur atteinte à la même période de l’année passée. Cette hausse est tirée par la croissance de 5,7% des importations de biens. Ces dernières se sont établies à 279,04 milliards de dirhams, en consolidation de 15,14 milliards de dirhams. Les exportations se seraient pour leur part améliorées de 7,8% par rapport à la même période de l’année générant ainsi des ventes de l’ordre de 271,05 milliards de dirhams. Se référant à l’Office des changes, cette progression s’explique par la hausse de 10% des exportations de marchandises et de 5,3% des recettes de services.

Au titre du mois de septembre, les recettes des Marocains résidant à l’étranger se sont hissées de 1,5% pour se situer autour de 49,4 milliards de dirhams contre 48,65 milliards de dirhams une année auparavant. S’agissant des investissements directs étrangers, le flux s’est inscrit en progression de 32%. Une évolution qui résulte d’une baisse de 51,6% conjuguée à une hausse de 1,7 % des recettes.

Le flux des investissements directs marocains à l’étranger s’est également amélioré. Il est passé de 8 milliards de dirhams contre 3,3 milliards de dirhams l’année dernière. Cette hausse résulte de la hausse  des investissements directs marocains réalisés à l’étranger s’étant consolidés de 5,3 milliards de dirhams au 9ème mois de l’année. Le mois de septembre a également été marqué par  la hausse de 0,5 milliard de dirhams des cessions d’investissements directs marocains à l’étranger. Tour d’horizon des principales tendances commerciales du mois de septembre.

Exportations aéronautiques : Un pic de 41,7%

Les exportations aéronautiques ont emprunté sur les quatre dernières années une trajectoire ascendante, soit une amélioration de 41,7% par rapport à septembre 2013. «Les exportations de biens du secteur aéronautique enregistrent une croissance annuelle moyenne de +8,1% sur la période 2012-2016 et de +9,1% sur les neuf mois des années 2013-2017», peut-on relever de l’analyse de l’Office des changes. A fin septembre 2017, ces exportations se sont établies à 7,8 milliards de dirhams  contre 6,7 milliards de dirhams une année auparavant et 5,5 milliards de dirhams au titre des neuf premiers mois de l’année 2013. Cette évolution est tirée par la hausse des ventes de tous les segments du secteur, principalement celles des systèmes électrique et câblage. Ces derniers ont marqué une progression de 30,8% par rapport à la même période 2013 basculant ainsi de 2,8 milliards de dirhams à 3,7 milliards de dirhams au titre des neuf premiers mois de l’année en cours. Cette amélioration est également portée par la performance à l’export du segment «assemblage» (71,4%) et du travail des métaux (52,7%).

Hausse de 28,4% des importations énergétiques

50,49 milliards de dirhams, telle est la valeur de la facture énergétique au mois de septembre. Elle aurait connu un pic de 28,4% par rapport à la même période de l’année précédente, soit un additionnel de 11,2 milliards de dirhams. Cette hausse représente 62% de l’augmentation totale des importations. En s’appuyant sur les dernières statistiques de l’Office des changes, la facture énergétique aurait gagné à fin septembre 2,7 points portant ainsi sa part dans le total des importations à 15,8% contre 13,1% à la même période de l’année 2016.

La facture céréalière moins salée

Les achats de produits céréaliers poursuivent leur trend baissier. Les achats ont reculé à 10,6 milliards de dirhams contre 13,6 milliards de dirhams l’année passée, fléchissant ainsi de 22,4%. L’Office des changes attribue ce repli à la régression de 2,5 milliards de dirhams des importations de blé suite à la baisse de 36,4% des quantités importées. De même, les importations d’orge ont reculé de 1 milliard de dirhams au moment où les importations de maïs se sont légèrement redressées affichant une hausse de 0,5 milliard de dirhams à fin septembre. Notons que le prix d’importation a augmenté à fin septembre de 14,7% se situant autour de 2.313 dirhams la tonne contre 2.016 dirhams la tonne en septembre 2016.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *