Un diagnostic pour sauver la Bourse

La place casablancaise n’arrive toujours pas à sortir de son marasme. En dépit de quelques légers sursauts de temps à autre, la bourse n’arrive toujours pas à se consolider, surtout au niveau des volumes échangés. Pour relancer le marché boursier, une réunion du comité de concertation chargé d’assurer le suivi des mesures de relance de la bourse annoncées par l’Argentier du Royaume a eu lieu le mardi 5 décembre. M. Oualalou a annoncé aux participants le lancement d’un diagnostic de la situation actuelle du marché boursier qui devra porter notamment sur l’évaluation du dispositif légal et réglementaire régissant le marché des capitaux. Cette évaluation sera menée par une mission française composée d’experts du Trésor français, de la commission des opérations de bourse et de la société « Euronext-Paris ». En principe, le digestible devra démarrer vers le début de l’année 2002″. Lors de cette rencontre, M. Fathallah Oualalou, s’est limité à rappeler les principales mesures qui ont été adoptées dans le cadre du plan de relance du marché boursier. Ces mesures concernent aussi bien la poursuite de la consolidation du dispositif légal, la validation de trois projets de loi et la mise en place des incitations fiscales en faveur des investisseurs inscrites dans le cadre de la loi de Finances 2002. Dans son discours, le ministre de l’Economie a mis le point sur l’adoption d’une nouvelle politique de placement destinée aux investisseurs institutionnels. Rappelons que le comité de concertation s’est réuni deux fois cette année sans déboucher sur des résultats concrets. Beaucoup de chantiers restent ouverts, notamment le projet du Plan d’Epargne en Action (PEA). Ce dernier est considéré par les professionnels comme un véritable outil financier susceptible de donner un nouveau souffle à notre jeune place boursière. Censés suivre de près l’évolution de ce projet et contribuer à son montage, ces derniers ignorent tout sur l’avancement de ce projet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *