Un financement pour l’éolien

La Banque européenne d’Investissement a consacré 191 millions d’euros au Maroc. L’enveloppe destinée au financement de trois projets dans les secteurs de l’Energie et de l’Habitat entre dans le cadre du programme de partenariat euro-méditerranéen , Euromed II. Le premier projet concerne la construction du parc éolien à Tanger. La BEI interviendra à ce niveau sous forme d’un prêt de ressources propres, à hauteur de 80 millions d’euros sur un investissement total de 172 millions d’euros. Le reste du budget est financé par un prêt de 50 millions d’euros, accordé par la Banque allemande de développement (KFW) et 42 millions sur fonds propes de l’Office national de l’électricité (ONE).
Ce projet cher à la politique marocaine de diversification des sources de l’énergie et à l’esprit du management de l’ONE butte depuis l’an 2000 sur la question du financement. Un appel d’offres lancé à l’époque pour la réalisation de ce parc éolien et de celui de Tarfaya s’était alors avéré infructueux. A l’époque, l’option retenue était la concession. Ce qui après études s’est révélé onéreux, le prix du kilowatt heure ayant été jugé non compétitif. Aussi l’ONE a revu ses copies, optant pour un développement dudit parc dans le cadre d’un projet clés en main. Le parc éolien, d’une capacité de 140 MW, se trouve dans une zone montagneuse située à l’est de Tanger. Le business plan englobe la construction, la distribution et la fourniture d’équipements et de services. A la fois maître d’oeuvre et responsable de l’exploitation, l’Office national de l’électricité prévoit la mise en service de la station fin 2007. Ce soutient financier de la part de la BEI vient à point nommé pour l’ONE qui compte aussi mener à terme d’ici 2007 un projet d’une station thermoscope clés en main, dans l’Oriental, en complément du Parc éolien de Tanger. Le parc éolien de Tanger permettra d’accroître la production de l’énergie électrique dans cette région tout en assurant une meilleure interconnexion du réseau électrique dans cette partie du Maroc. Pour sa part, le parc thermoscope d’Ain Béni Mathar est financé en partie par une contribution du Global Environnement Facility, à hauteur de 7 millions de dirhams. – Autre projet qui bénéficiera d’une partie de l’enveloppe remise mercredi par de Phillipe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI, au ministre des Finances et de la Privatisation, Fatallah Oualalou, la dépollution de la centrale thermique de Mohamedia, à travers un prêt bonifié de 40 millions d’euros.
L’ONE puisera le reste, soit 49,6 millions, dans ses propres fonds. Ce projet important en raison du niveau de pollution dans cette ville, aura un impact direct sur l’environnement à travers la réduction des rejets solides et gazeux de la centrale ainsi que l’amélioration des performances en matière de consommation, de fonctionnement et du temps de démarrage. Avec ces deux projets, l`ONE aura bénéficié, de la part de la BEI, au titre d`EUROMED II, d`une enveloppe de l`ordre de 425 millions d`euros depuis 1997. La troisième tranche du financement de la BEI concerne le logement social.
Le prêt de la BEI, soit 18,3 millions d’euros, sous forme d’avance du fonds soldirarité habitat (FSH). En outre, MM. Oualalou et de Fontaine Vive ont signé un accord de siège en vue de l`établissement, en 2005, de la représentation de la BEI à Rabat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *