Un ingénieur à la tête de la SNI

Un ingénieur à la tête de la SNI

Prolongement logique de la fameuse rotation ONA-SNI, le holding de tête SNI aura désormais son président. Il s’agit de Hassan Bouhemou, l’un des architectes de la restructuration en marche du champ financier du Royaume. Sa nomination au poste de président-directeur général de la SNI devrait être entériné, ce vendredi 14 janvier 2005, à l’issue des Conseils d’administration de l’ONA et de la SNI. Bien connu de la sphère financière marocaine, ce polytechnicien de 37 ans, est apprécié pour son pragmatisme et la clarté de sa vision. D’ailleurs, cette nomination est à coup sûr, une réelle clarification des orientations fixées aux deux holding ONA et SNI.
Désormais, l’ONA est un levier d’orientation et de gouvernance, alors que la SNI est élevée au rang de levier de participation financière et industrielle. Ainsi, à côté du président de l’ONA, Saâd Bendidi, Hassan Bouhemou est appelé à plus d’anticipation. Ce double regard est un gage supplémentaire pour une cohérence accrue, avec une clarification plus nuancée des rôles. Les deux présidents, qui par ailleurs se connaissent bien pour avoir travaillé en commun au sein du groupe Benjelloun, auront de nouveaux défis à relever.
Par le passé, Hassan Bouhemou a occupé le poste d’administrateur directeur général de la société de gestion d’actifs du groupe BMCE, Marfin. Il en a même été le fondateur. Ce père de deux enfants, a par la suite été membre du Comité de direction de BMCE Capital. Toutefois, sa première expérience bancaire a été menée de 1992 à 1994 à la BMCI comme chargé des grandes entreprises. Ses débuts professionnels étaient plutôt en phase avec sa formation de double ingénieur ( à la fois de l’Ecole Polytechnique et des Mines de Paris), chez le Français Schlumberger. Depuis l’intégration de Siger, en novembre 2001 en qualité d’administrateur-directeur général et administrateur de plusieurs sociétés, de nouveaux horizons ont été ainsi ouverts.
Le remaniement de fond opéré au sein des groupes Siger / Ergis plaidait en faveur d’une réorganisation de l’ensemble ONA/SNI. Hassan Bouhemou passe pour être l’un des inspirateurs du verrouillage du tour de table de l’ONA. Sous la tutelle du président de Siger, Mounir Majidi, M. Bouhemou a piloté l’opération de rotation, la première du genre au Maroc. Le contexte dans lequel s’est déroulée l’opération a été marqué par les différents investissements réalisés (rachat de la SNI, diversification des activités…)
Au regard d’un tour de table de l’ONA relativement éclaté et non encore verrouillé, la prise de position franche de la part de Siger/Ergis au sein du capital de l’ONA avec la détention de plus de la minorité de blocage (35 %), accompagnée d’un investissement net (apport d’argent frais) de l’ordre de 1 363 MDH a été le prélude à l’opération de grande envergure que comptait mener le groupe Siger- Ergis au niveau des entités ONA et SNI
Ainsi, les fondamentaux de l’ONA se sont appréciés (endettement net, diversification et déconcentration du portefeuille, création de richesse). Autres points relevés, un positionnement sur des secteurs-clés de l’économie et l’existence de réelles synergies entre les filiales devraient conférer à la holding ONA une prime par rapport à son actif net réévalué (ANR). Par contre, la SNI est devenue plus que jamais un simple holding de contrôle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *