Un investissement d’une enveloppe de 9 milliards de dollars

Le grand projet appelé «Projet marocain de l’énergie solaire» s’intègre dans le cadre des grands projets décidés conformément aux Hautes directives royales concernant la mobilisation des ressources nationales en énergies renouvelables et la préservation de l’environnement. Sa Majesté le Roi Mohammed VI a, présidé, lundi 2 novembre à Ouarzazate la cérémonie de lancement de ce projet intégré de production électrique à partir de l’énergie solaire. Un projet national, ambitieux et réaliste, de développement intégré qui vise la mise en place en 2020 d’une capacité de production électrique à partir de l’énergie solaire de 2.000 MW sur cinq sites : Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah. Cette puissance représente 38% de la puissance installée à fin 2008 et 14% de la puissance électrique à l’horizon 2020. «Les retombées directes de ce projet, dont la réalisation nécessite des investissements financiers d’une valeur de 9 milliards de dollars, se manifestent par le recul de la dépendance du Maroc en matière d’énergie et de développement de l’industrie se rapportant à ce domaine», a déclaré Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des finances, dans son exposé devant Sa Majesté. Aussi, ce projet permet de relever plusieurs défis. Par la mise en valeur du potentiel solaire, il contribue à la réduction de la dépendance énergétique, à la préservation de l’environnement par la limitation des émissions des gaz à effet de serre ainsi que la lutte contre les changements climatiques. À terme, il permettra annuellement d’économiser en combustibles 1 million de tonnes équivalent pétrole et d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de CO2. En phase avec la tendance internationale, ce projet, face à une demande énergétique croissante et au défi du réchauffement climatique, inscrit les énergies renouvelables et particulièrement l’énergie solaire comme une priorité. De ce fait, le Maroc deviendra un acteur de référence dans le solaire pour plusieurs raisons. D’abord, la contribution du solaire à la satisfaction de la demande croissante en énergie induite par le développement économique et social. Ensuite, la mobilisation de son important potentiel en énergies renouvelables et notamment solaire avec une moyenne d’ensoleillement de plus de 3000 heures/an et une irradiation d’environ 5 KWh/m2 par jour. Et enfin, la situation géographique privilégiée qui en fait  un carrefour dans les échanges électriques du pourtour méditerranéen. Outre la production électrique, ce projet inclut la formation, l’expertise technique, la recherche-développement, la promotion d’une industrie solaire intégrée et potentiellement le dessalement de l’eau de mer. Un projet d’envergure, qui se construira autour de partenariats publics-privés ciblés, équilibrés avec des acteurs de référence. Il sera confié à une agence marocaine pour l’énergie solaire la «Moroccan Agency for Solar Energy». Aussi, Sa Majesté le Roi a présidé, en fin de cérémonie, la signature de la convention de partenariat entre les actionnaires de la «Moroccan Agency for Solar Energy» et l’Etat représenté par le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, l’ONE, le Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social et la Société d’Investissements Energétiques.


Une société de projet dédiée


Il est prévu dans le cadre du «Projet marocain de l’énergie solaire» la création d’une agence nationale bénéficiant de l’appui de l’Etat, appelée «Moroccan Agency for Solar Energy». Cette société aura pour mission de veiller à la mise en œuvre des projets solaires électriques. L’agence assurera le pilotage de la mise en œuvre du programme. Elle aura pour mission, notamment, d’entreprendre toutes les études techniques, économiques et financières nécessaires à la concrétisation du programme pour placer, ensuite, les projets qui seront retenus auprès des investisseurs en vue de leur développement. Les principaux actionnaires de cette Agence, dont la convention de partenariat a été signée lundi, 2 novembre à Ouarzazate, sous la présidence de SM le Roi, sont le Fonds Hassan II pour le développement économique et social, le département de l’Energie et des Mines et l’Office national de l’électricité (ONE).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *