Un manifeste pour la PME

Mieux vaut tard que jamais. A J-2 des élections législatives, la Fédération des PME-PMI relevant de la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc) vient de concocter un document baptisé «Manifeste PME : Les PME partenaires du débat public». Il s’agit d’un mémorandum adressé aux responsables politiques et aux candidats aux élections législatives.
Si la Fédération des PME reconnaît que ce mémorandum intervient tardivement, elle estime toutefois que l’essentiel est d’attirer l’attention des formations politiques sur le rôle de ces structures dans l’économie nationale. D’autant plus que la PME, il faut bien l’admettre, est absente dans les discours des formations politiques en lice pour les législatives. Nul besoin de rappeler ici le poids de ces entreprises dans l’activité économique du pays. Selon les statistiques communiquées par cette ascaridiose, les PME représentent 95% du tissu productif. Elles assurent l’emploi à la moitié des salariés du secteur privé, et participent à hauteur de 31% dans les exportations marocaines. Elles participent aussi à hauteur de 51% dans les investissements nationaux. Auprès de la Fédération des PME, on souligne que ces entreprises opèrent dans un environnement hostile. D’où l’urgence de procéder à des réformes de taille. Toujours selon la Fédération, il y a lieu de mettre fin à la pression fiscale excessive qui pénalise les PME marocaines par rapport à leurs voisines du pourtour euro-méditerranéen, de ramener le taux de la TVA à 15%, de supprimer la patente.
Concernant les charges sociales, la Fédération demande un abattement sur l’assiette des cotisations de sécurité sociale. Elle estime que les PME doivent siger au sein de conseil d’administration de la CNSS et des organismes de retraite. Pour ce qui est du financement, la Fédération souligne la nécessité de mettre en place de nouveaux instruments pour remédier aux contraintes du financement classique. A ce propos, elle énumère plusieurs propositions : l’institution d’une société de cautionnement mutuel ayant pour objet d’apporter sa garantie aux PME afin de les aider à faire face aux problèmes de garantie qui les handicapent, la création d’un fonds commun de garantie entre les banques commerciales et les institutions de garantie, l’objectif étant d’assurer des crédits aux PME exportatrices ayant un fort potentiel d’exportation, la mise en place d’une véritable banque de développement des PME, où celles-ci doivent être partie prenante dans la mission de cette institution, la création par les régions du fonds de prêts d’honneur, dont l’objectif est de faciliter la constitution de fonds propres du créateur et la dynamisation de l’aide publique à la création d’entreprises particulièrement dans les régions défavorisées.
Pour faciliter l’accès des PME aux zones industrielles, la Fédération propose de mettre à la disposition de toute PME qui s’implante dans les régions défavorisées et qui répond aux critères de la Charte des lots aménagés à titre gratuit, que ce soit le cas pour la création ou l’extension.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *