Un million de DH de C.A

Les cabinets conseil spécialisés en qualité ont démarré à partir de 1996 au Maroc. Leur nombre ne cesse de croître. La principale raison est que le marché du conseil en qualité est considéré comme très potentiel. La situation n’en est pas moins mitigée. Ils sont entre 70 et 80 cabinets de conseil et de formation. Caractéristique principale, la plupart d’entre eux ne dépassent pas un chiffre d’affaires d’un million de DH.
Le potentiel annuel des entreprises à certifier est d’une cinquantaine par an, soit pas plus de 15 millions de DH comme marché potentiel (à raison d’une moyenne de 300.000 DH pour l’assistance, le conseil, la formation et la certification d’une entreprise). Ajoutons à cela que certaines entreprises potentielles, bénéficieront d’un fonds de développement, tel que MEDA2, GTZ ou autres, pour lesquels les cabinets non attributaires ne peuvent prétendre.
En général, seuls les cabinets étrangers en bénéficient. Les cabinets marocains sont confrontés à une rude concurrence, venant tant de l’intérieur que de l’extérieur du Maroc. En effet, plusieurs cabinets étrangers se sont installés au Maroc ces trois dernières années, dont des cabinets internationaux, agissant directement depuis leur pays ou à travers une filiale.
L’arrivée des cabinets étrangers a souvent été provoquée par les fonds de développement et d’aide dont a bénéficié le Maroc. La concurrence vient principalement de l’enseignement. Ainsi, plusieurs universités et établissements d’enseignement proposent, eux aussi, des prestations de conseils ou de formations en qualité, dénoncées par les cabinets conseil privés.
Certains décideurs marocains préfèrent faire appel à des compétences étrangères, bien que plusieurs cabinets conseil marocains aient fait leurs preuves et démontré leurs aptitudes. Ceci pose un sérieux problème pour le développement endogène des compétences nationales.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *