Un nouveau destin pour Eqdom

Eqdom qui revendique le leadership sur le marché du crédit à la consommation passe dans le giron du groupe français Société Générale, maison mère de la banque marocaine SGMB.
Après plusieurs mois de négociations avec l’ONA, interrompues pendant un moment puis reconduites en début février, le holding marocain a cédé ces participations dans la société de crédit à la consommation à travers sa filiale SNI (36,59 %) et Axa Assurances Maroc (7,83 %).
La Société Générale acquiert de ce fait un bloc de contrôle de 44,4 % pour un montant global de 600 millions de DH dont le 1/3 sera assuré par la SGMB. L’accord relatif à l’acquisition d’Eqdom a été signé le vendredi, 1er mars. Lors d’une conférence de presse donnée à cet effet, les deux parties, ONA et Société Générale, ont indiqué que la SGMB intervient dans cette acquisition pour le tiers des actions cédées.
L’accord en question est subordonné entre autres à l’agrément des autorités marocaines. Concrètement, cette acquisition sera effectuée au prix de 800 DH par action, soulignent les états-majors de l’ONE et de la Société Générale. « Ce prix tient compte de ce que cette opération porte sur un bloc de contrôle et du fait qu’elle est assortie d’une garantie de passif ». Garantie de passif ? Les deux parties sont restées discrètes sur la signification de ce terme sous prétexte qu’il s’agit d’un accord contractuel dont les clauses ne peuvent être dévoliées. De deux choses l’une, soit que c’est le groupe ONA qui garantit la « mezzanine » des capitaux propres ou c’est la société générale qui en prendra la charge. Il est certain que dans les deux cas, vu le prix de l’action Eqdom, c’est le holding ONA qui se portera certainement garant. Compte tenu de la qualité de signature des deux parties, les investisseurs n’ont rien à craindre. Passons cet aspect qui a suscité la curiosité des journalistes, revenons aux implications de l’introduction de la Société Générale dans le capital d’Eqdom. Pour Mourad Chérif, Président de l’ONA, l’intérêt à travers cette opération est d’assurer le développement de la société de crédit à la consommation en l’adossant à un grand réseau bancaire marocain et lui apporter l’expertise d’un spécialiste international du crédit à la consommation.
Dans le même sillage, Philippe Citerne, Directeur délégué de la Société Générale souligne de son côté que cette opération s’inscrit dans la stratégie de développement des services financiers spécialisés du groupe et traduit sa volonté de poursuivre l’expansion de la banque en détail dans le bassin méditerranéen.
Pour consolider sa présence sur le marché marocain, la Société Générale a acquis en 2001, la compagnie d’assurances la Marocaine Vie. Rappelons que sur le segment du crédit à la consommation, le groupe français est déjà présent à travers la société Sogécrédit dont il détient 40 %. Le reste appartient à la SGMB. « Durant les cinq dernières années, les investissements cons-entis notamment en matière d’acquisitions s’élèvent à 1,3 milliard de DH. Nous sommes bien partis pour engager les mêmes investissements pour les cinq ans à venir », soutient M. Citerne. Il précise par ailleurs que le projet d’une fusion d’Eqdom et de Sogécrédit n’est pas exclu, mais il n’est pas à l’ordre du jour pour le moment». Faut-il comprendre à travers cette opération que l’ONA se désengage du marché du crédit à la consommation.
Loin de là, s’en défend M. Chérif. Et de poursuivre que « si le groupe est présent sur ce segment à travers Tijari Cetelem, filiale de la banque BCM, nous avons estimé qu’Eqdom méritait un autre développement ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *