Un nouveau pôle télécom est né

L’octroi par l’Agence de Régulation des Télécoms (ANRT) de nouvelles licences Global Mobil Personnal Communication System (GMPCS), en l’occurrence Inmarsat et Irridium a été à l’origine du lancement d’un nouveau pôle télécoms, Mifa Telecom en l’occurrence.
Son chiffre d’affaires représente entre 15 à 20 % du CA global du groupe soit l’équivalent de 400 millions de DH en 2001. Parlant de chiffres, il est à préciser que les deux licences (Irridium et Inmarsat) ont coûté au groupe le montant de 300.000 DH chacune. Le groupe doit également payer une redevance annuelle de 200.000 DH ainsi que des royalties de l’ordre de 7% du chiffre d’affaires.
L’investissement total comprenant les quatre systèmes atteint quant à lui la somme de 80 millions de DH. La création de cette entité traduit la volonté du groupe Mifa, détenteur entre autres de la carte Yamaha au Maroc de centraliser ses activités de télécommunications dans un même établissement.
Selon le schéma communiqué par Mifa, la structure nouvellement créée inclut Orbcomm Maghreb, Ilaïcom, le distributeur GSM du deuxième opérateur mobile ainsi qu’EDC Maghreb, spécialisé dans le domaine des systèmes Inmarsat et Irridium. «La décision de procéder à un regroupement de nos différentes entités au sein d’une même structure émane du fait que des synergies et technicité similaires existent entre elles», assure-t-on au sein du groupe. Et de poursuivre, «l’objectif est d’atteindre un niveau d’efficacité optimale sur le plan technique, commercial et administratif». Ses atouts ? Ce sont, selon ses responsables, une offre globale grâce à la complémentarité de ses quatre systèmes, en l’occurrence Orbcomm, Irridium, Inmarsat et GSM. Ces derniers ont tendance à avancer dans des intervalles de débits disjoints. Mais aussi un fort intérêt pour les prestations à valeur ajoutée. «L’offre de Mifa Telecom ne se limite pas à la disponibilité de son réseau de télécommunications, mais inclut en outre des services à valeur ajoutée au niveau du back-office et des terminaux.
La société en question compte un effectif de quelque 100 collaborateurs parmi lesquels 10 ont un profil d’ingénieurs spécialisés et 50 constituent sa structure cmmerciale. Les grands axes de sa stratégie s’articulent autour du renforcement de la fonction de développement de solutions à valeur ajoutée sur ses quatre systèmes, la diversification en s’activant au niveau d’autres services, telle la téléphonie fixe et l’extension à l’international, notamment au niveau des pays du Maghreb. Pour cela, il faudra que ces contrées ouvrent leurs marchés respectifs des télécommunications. Le risque de patienter longtemps n’est pas à écarter.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *