Un nouveau remède contre la Migraine

Un nouveau remède contre la Migraine

Il n’est pas une seule personne sut Terre qui ne connaît pas ce que c’est que le mal de tête et ses affres. D’une déplaisance manifeste, le mal de crâne n’est, toutefois, pas grand-chose, comparé à la migraine. Dès que l’on sort le mot céphalée, il n’est plus question de douleurs passagères, mais d’un véritable calvaire.
Le mal de tête peut se déclencher et l’on peut rapidement y mettre un terme, au bout de quelques minutes, à l’aide d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires. En revanche, une migraine s’acharne sur le malade au minimum pendant 4 heures et peut durer jusqu’à 72 heures. Dans certains cas, des migraines ont persisté des semaines durant. Un supplice que seuls les migraineux appréhendent.
L’on s’imagine aisément le caractère invalidant qu’un état migraineux revêt, le sujet ne pouvant plus ni se concentrer sur son travail, ni mener une vie de famille ou de société conforme. La paralysie pèse d’autant lourdement que le malade est sujet à une sorte de marginalisation.
Le mal peut se déclencher après l’apparition de signes bien déterminés. Il s’agit de symptômes, qui peuvent surgir quelques instants avant le déclenchement de la crise, et qui ne sont pas stables, pouvant être contradictoires selon la situation.
À titre d’exemple, le sujet peut se montrer béat, sinon dépressif. Il peut afficher une hyperactivité ou un affaiblissement, une boulimie ou une inappétence. Un signe est toutefois quasi-général chez les migraineux : une vulnérabilité aggravée à la lumière, naturelle ou artificielle soit-elle. Outre ces troubles ophtalmiques, d’autres atteignant la sensibilité, le langage, la motricité ou encore d’ordre digestif, peuvent faire leur apparition. On parle alors de migraine avec aura, sensation subjective passagère qui précède l’attaque.
La prévalence importante de la migraine a de quoi abasourdir. Les différentes études menées en ce sens montrent qu’entre 12 et 16% de la population en souffre. Dans l’intimité de ces chiffres, on décèle une prévalence beaucoup plus importante chez la gent féminine, touchée 3 à 4 fois plus que l’homme. Ainsi, 18 % des femmes sont touchées contre 6 % chez les hommes.
L’industrie pharmaceutique, parallèlement à la médecine, n’a eu de cesse d’accentuer les recherches afin de soulager et d’améliorer la qualité de vie des personnes concernées. Les médicaments destinés au traitement de la migraine sont nombreux. Cependant, il convient d’en essayer plusieurs avant de tomber sur le médicament approprié pour chaque cas. Parmi les thérapeutiques spécifiques, le traitement à base de Triptans a fait ses preuves contre la migraine.
Prescrit en cas de crise sévère et de migraine grave, Relpax, mis au point par les laboratoires Pfizer, est un produit pour le moins révolutionnaire. Il traite la phase céphalalgique de la crise de migraine, qu’elle soit avec ou sans aura.
Les médecins ne cessent de chanter ses louanges, insistant, notamment, sur la possibilité de l’associer à certains antidépresseurs. Mais, surtout, les résultats obtenus par le principe actif des Eletriptans sont d’une efficacité notoire.
Aujourd’hui, la confusion entre «mal de tête » et « migraine » n’a plus lieu d’être. Au cas où la crise franchirait le seuil des quatre heures, il serait possible que le patient soit migraineux. Une consultation chez un praticien devra trancher et dissiper le doute. Le cas contraire, il ne pourrait s’agir que d’une petite prise de tête !

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *