Un nouvel acteur dans la pub en ligne

Une nouvelle régie spécialisée dans la publicité en ligne vient de voir le jour. C’est le fruit du partenariat entre le site francophone Caramail, qui fait partie du groupe Lycos (deuxième réseau de portails européen en termes d’audience), et l’agence de conseil Saga communication. Cette régie commercialisera auprès des annonceurs marocains des espaces publicitaires sur Caramail. Une première !
La création de cette nouvelle structure se justifie essentiellement par le succès atteint par les services de Caramail (messagerie gratuite, forums de discussion…) auprès des internautes marocains. Sur les 19 millions abonnés actifs à travers le monde, le site francophone revendique aujourd’hui 400000 clients marocains. Une audience record, si l’on en juge par les propos des fondateurs du portail.
En d’autres termes, un internaute marocain sur deux fait confiance à Caramail. Le site enregistre d’ailleurs 1500 abonnés marocains par jour. Faut-il rappeler, que la quasi-totalité des usagers ponctuels, ceux qui consultent régulièrement leur boîte à lettre électronique, se contentent de fréquenter des cybercafés à 10 DH l’heure. Face à ce succès, pourquoi ne pas faire bénéficier les annonceurs marocains de cette audience ? D’autant plus que 62,4% des abonnés marocains de Caramail acceptent de recevoir des offres publicitaires et promotionnelles. Telle est la logique qui a poussé les deux nouveaux partenaires à créer la nouvelle régie. A la lecture des chiffres dévoilés par Caramail, il en ressort que 80% des abonnés marocains sont âgés de 16 à 35 ans. Leurs centres d’intérêts portent en premier lieu sur la musique, le sport, la High-Tech, la télévision, les jeux, le cinéma, la culture, le voyage, etc. Près de 30% sont des femmes. «Il s’agit d’une population qui évolue vers un mode de consommation mature», pour reprendre les propos de Pascal Auranche, directeur général de Saga Communication. «Une population en devenir, qu’il ne faut pas ignorer», ajoute-t-il.
Les promoteurs de la régie gardent pour le moment la tête froide. Ils savent très bien que le marché de la publicité en ligne n’est qu’à ses balbutiements au Maroc. Mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Qui sait, en offrant des formats publicitaires dynamiques, les annonceurs les plus réticents peuvent tenter l’expérience. Si sous d’autres cieux, Internet est devenu un média à part entière, c’est loin d’être le cas chez nous. Pour des besoins bien précis, le Web peut servir d’un bon support complémentaire par rapport aux grands médias comme la télévision et la presse écrite. Tout dépend maintenant des objectifs et de la stratégie de l’annonceur.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *