Un Observatoire du BTP opérationnel en 2018

Un  Observatoire du BTP  opérationnel en 2018

Il fournira des chiffres longtemps demandés par les professionnels

L’Observatoire devrait brasser large en termes de types d’informations recueillies, analysées, traitées et diffusées. L’idée est, entre autres, de permettre le suivi des caractéris-tiques des différents intervenants du secteur.

Cette fois sera manifestement la bonne. L’Observatoire du BTP attendu depuis des années et qui était déjà prévu dans le contrat-programme du secteur remontant à 2004, devrait enfin voir le jour en 2018. C’est l’un des engagements phares pris par la direction des affaires techniques et des relations avec la profession relevant du ministère de l’équipement et du transport, à travers son plan stratégique pour les 5 prochaines années. Pour comprendre l’enjeu de ce chantier, intégré au contrat programme du BTP 2018-2022, devant être signé très prochainement entre la profession et le département de l’équipement, rappelons que l’Observatoire devrait consister en «une plate-forme d’échange et de communication pour collecter et traiter l’ensemble des informations économiques et sociales du secteur du BTP», tel que défini par la tutelle. Son objectif est ainsi de permettre à l’Exécutif,  à la profession et aux différents acteurs concernés par le BTP «de suivre les performances du secteur à travers des indicateurs fiables et exploitables», explique-t-on auprès du ministère de l’équipement. Pour cela l’Observatoire devrait brasser large en termes de types d’informations recueillies, analysées, traitées et diffusées.

L’idée est ainsi de permettre le suivi des caractéristiques des différents intervenants du secteur (entreprises, bureaux d’étude et laboratoires de BTP), d’offrir de la visibilité sur les caractéristiques et les tendances de la demande, une veille sur les nouvelles technologies et matériaux et un suivi des évolutions des métiers et des compétences requises dans le secteur. Concrètement, l’Observatoire fournira des chiffres longtemps demandés par les professionnels, tels que la surface de plancher construite ou encore le nombre de bâtiments mis en vente au niveau national sur une période donnée. Mieux encore, sur la base d’un historique de données, la nouvelle entité devrait permettre de ressortir l’évolution prévisionnelle de ces indicateurs. S’agissant encore des matériaux utilisés par le secteur il s’agira d’en préciser par exemple les prix et les volumes de ventes, là encore, présents et prévisionnels. Ces éléments d’informations présentent un intérêt évident pour les opérateurs qui auront désormais une idée précise sur les conditions actuelles et futures de réalisation de leurs chantiers alors que jusqu’à présent ils naviguaient à vue. Au-delà, l’Observatoire servira d’outil d’aide à la décision, d’anticipation, de veille et d’évaluation des actions de politique économique par rapport aux changements survenus dans l’environnement du BTP, ajoute le ministère de l’équipement.

Au vu de l’avancement du chantier, tout porte à croire que l’Observatoire devrait effectivement entrer en fonction l’année prochaine. En effet, une étude relative à sa mise en place a été lancée il y a déjà quelques mois et elle est à présent sur le point d’être bouclée.

Cette étude s’articule autour de trois phases dont deux ont déjà été achevées, apprend-on auprès du ministère de l’équipement. La première étape relative à la conception de l’Observatoire s’est surtout attelée à définir les missions, l’organisation et les moyens nécessaires à la nouvelle entité, les indicateurs de mesure, les sources et outils de collecte de l’information ainsi que les grands pavés des bases de données tels que  la commande publique et privée, les prix constatés des ouvrages…

Dans la seconde phase, les initiateurs de l’Observatoire ont planché sur la mise en place du système d’information, qui comprend le développement de l’application (logiciel) et de ses interfaces avec les systèmes externes, l’approvisionnement de la plateforme technologique software et enfin l’installation, l’intégration et la mise en place de la plateforme technologique software et de l’application- logiciel. Enfin, la troisième phase pour laquelle le travail semble toujours en cours est relative à l’accompagnement de l’Observatoire, soit l’assistance technique à fournir pour rendre opérationnelle cette entité comprenant notamment la formation à dispenser au personnel pour l’exploitation du système et la production des rapports mensuels et annuels.

Plus de 70 indicateurs du BTP couverts à terme

Selon les premiers éléments ayant filtré des travaux pour la mise en place de l’Observatoire du BTP l’on sait qu’au démarrage, le modèle de gouvernance de la nouvelle entité devrait être mixte et impliquera le ministère de l’équipement et la profession, sachant que les ressources nécessaires au fonctionnement seront mises à disposition par la tutelle qui assurera également le secrétariat de la future entité.

Par la suite, l’on devrait tendre vers un modèle d’organisme ayant un statut public-privé organisé sous forme d’association rassemblant des représentants du ministère ainsi que les associations professionnelles.

Aussi, l’on apprend que l’Observatoire doit couvrir à terme plus de 70 indicateurs répartis entre plusieurs familles (bâtiment, travaux publics, appareil de production…).

Articles similaires

2 Comments

  1. Tanjaoui

    Pour toute l’Afrique, il faut créer un maximum d’observatoires au Maroc, surtout dans les domaines d’avenir tels que l’habitat durable, la mobilité durable, l’agriculture durable, etc , des sujets sur lesquels nous pouvons travailler des années ensemble avec la supervision du Maroc

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *