octobre 18, 2017

Un semestre résilient pour le marché boursier

Un semestre résilient pour le marché boursier

Les sociétés non financières constituent 67% du volume d’affaires global de la place

La place boursière s’est montrée résiliente au premier semestre de l’année. Le ralentissement de la croissance économique en 2016 et l’attentisme conjoncturel aux six premiers mois de l’année ne semblent pas avoir eu un grand effet sur le bilan semestriel des entreprises cotées. Le chiffre d’affaires de la cote s’est inscrit en appréciation à fin juin 2017. Il s’est établi à 118.275,4 milliards de dirhams, en appréciation de 3,6%. En commentant cette évolution, les analystes d’Upline Group indiquent que cette «bonne résilience d’ensemble est palpable au niveau de l’analyse par valeur». Il ressort dans ce sens que 60% des entreprises de la cote ont affiché des revenus en appréciation. Lecture dans l’analyse de Upline Group.

L’embellie assurée par les sociétés non financières

Les sociétés non financières continuent de tirer la croissance du marché boursier. Elles constituent 67% du  volume d’affaires global de la place. Leur chiffre d’affaires consolidé se chiffre à 79.208,6 milliards de dirhams, en hausse de 3,3%.La pole position est partagée entre l’énergie, l’agroalimentaire et les mines. «Le secteur Pétrole & Gaz ressort comme étant  le premier contributeur avec un affermissement de près de 1,5 milliard de dirhams, soit une participation de 56,8% dans la hausse des revenus des secteurs non financiers. Cette variation est attribuable aux performances réalisées par Total Maroc et Afriquia Gaz qui ont vu leurs  revenus évoluer de 28,3 et  23,8% respectivement», peut-on relever de l’analyse d’Upline Group. En parallèle, la performance du secteur agroalimentaire est justifiée par les performances commerciales à l’export de Cosumar et de Lesieur Cristal. La contribution du secteur des mines dans la croissance du chiffre d’affaires des entreprises non financières s’élève à 679,6 milliards de dirhams.

Télécoms et immobilier ralentissent la cadence

Si les secteurs «Pétrole & Gaz»,  «Agroalimentaire» et «Assurances» se sont illustrés durant les six premiers mois de l’année, en affichant  une performance semestrielle allant d’une hausse de 26,8% du chiffre d’affaires pour les entreprises opérant dans le «Pétrole & Gaz» et de 12,4% du chiffre d’affaires du secteur des assurances, deux autres secteurs ont ralenti l’élan de croissance des revenus du marché boursier.  Il s’agit en effet des télécoms et de l’immobilier.

«Maroc Telecom, unique représentant du secteur télécoms, aura pâti d’un environnement concurrentiel et réglementaire contraignant, au moment où Addoha a été impacté par un report volontaire de la production d’un projet au deuxième semestre 2017», explique Upline dans son analyse. Maroc Telecom a en effet vu ses revenus consolidés fléchir de 502 milliards de dirhams au premier semestre de l’année. Une baisse expliquée principalement par le recul de l’activité aussi bien au Maroc qu’à l’international.

Pour sa part, le secteur immobilier a été impacté par la régression de 522 milliards de dirhams du volume d’affaires d’Addoha  suite au recul des unités livrées. De même, le secteur de l’Ingénierie et Biens d’équipements  a été impacté par la dégradation de l’activité de Stroc  Créative Contractors étant en baisse de 219,5 milliards de dirhams.

Notons que les revenus de la cote sont générés en grande partie par les banques détenant ainsi une part de 24,5%. Les télécoms arrivent en deuxième position avec une contribution de l’ordre de 14,5%, suivis du secteur de l’agroalimentaire, soit une part de 9,3%. En revanche, le secteur du transport est toujours à la traîne. Il n’aurait contribué qu’à hauteur de 0,3% aux revenus de la cote.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *