Un seul impératif : la modernisation de la base productive

Un seul impératif : la modernisation  de la base productive

Cependant, l’analyse rétrospective de la contribution des différentes branches d’activité à la dynamique de croissance et de l’emploi qualifié dénote clairement des gaps qui restent à rattraper en termes de modernisation de la base productive du Maroc.

Dans ce sens, les différentes stratégies lancées au cours de ces dernières années ont permis, certes, d’impulser une nouvelle dynamique dans des secteurs stratégiques à l’instar de l’agriculture et de l’industrie, mais il n’en demeure pas moins que des défis majeurs restent à relever.

Ainsi, que ce soit en termes de montée en chaîne de valeur, de valorisation/commercialisation, de formation et de logistique, le Maroc est appelé à tirer profit des opportunités qui s’offrent sur le plan national, régional et international et de parer aux risques inhérents à la recrudescence de la concurrence aussi bien sur le marché intérieur qu’extérieur. C’est le principal message adressé par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’économie et des finances dans sa récente publication intitulée «Tableau de bord sectoriel». C’est ainsi que secteur par secteur, la DEPF relève les caractéristiques de chaque branche et son apport à l’économie nationale.

Transports : L’infrastructure comme booster

Le secteur de transport contribue à hauteur de 3,9% du total des valeurs ajoutées aux prix courants et 7,1% de celles relatives aux activités tertiaires entre 2008 et 2013. Ce secteur emploie plus de 500.000 personnes, soit 5% de la population active occupée, dont 6,6% dans le milieu urbain.

Industrie : L’automobile en force…

Le secteur de l’industrie contribue à hauteur de 15,5% du total des valeurs ajoutées aux prix courants et 52,5% de celles relatives aux activités secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie plus de 1,2 million de personnes soit 11,4% de la population active occupée.

L’agriculture : Un secteur vital…

Le secteur primaire joue un important rôle économique, social et environnemental prépondérant dans notre pays. Il a représenté près de 15,5% du total des valeurs ajoutées aux prix courants durant la période 2008-2013, avec 14,4% pour l’agriculture et 1,1% pour la pêche. Il a contribué pour 1,3 point à la croissance réelle du PIB (4,1%) sur la même période et emploie plus de 4 millions de personnes, soit 39,3% de la population active occupée.

Energie : l’avenir c’est le renouvelable

Le secteur de l’énergie contribue à hauteur de 2,7% du total des valeurs ajoutées aux prix courants et 9,1% de celles relatives aux activités secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie directement plus de 37,9 milliers de personnes soit 0,4% de la population active occupée.

BTP : Une conjoncture difficile

Le secteur du bâtiment et travaux publics contribue à hauteur de 6,6% du total des valeurs ajoutées aux prix courants et 22,3% de celles relatives aux activités secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie près d’un millions de personnes soit 9,3% de la population active occupée, dont 11% dans le milieu urbain.

Tourisme : Une vision claire

Le secteur touristique représente 6,8% du PIB au titre de l’année 2013. Il totalise, dans son ensemble, 500.000 emplois. En 2014, ce secteur a drainé des recettes en hausse de 57 milliards de dirhams avec 10,28 millions de touristes et 2,7% pour les nuitées.

Télécoms : Un développement continu

Le secteur des télécommunications contribue à hauteur de 3% du total des valeurs ajoutées aux prix courants et 5,5% de celles relatives aux activités tertiaires entre 2008 et 2013. Le secteur compte plus de 40 millions d’abonnés au téléphone fixe et à la téléphonie mobile et 16 millions d’internautes.

L’assurance : Un secteur en expansion

En 2013, la pénétration de l’assurance en pourcentage du PIB est de 3,1% pour l’ensemble des primes, soit 1% pour l’assurance vie et 2,1% en assurance non vie et situe le Maroc au 47ème rang mondial. Au niveau du monde arabe, le Maroc occupe la deuxième place après le Liban.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *