Un souffle nouveau pour la citoyenneté

Un souffle nouveau pour la citoyenneté

ALM : Vous êtes à l’origine du premier Forum Entreprises-Associations. Pouvez-vous nous expliquer de quoi s’agit-il exactement?
Karim Tazi : Le Forum Entreprises/Associations est un lieu et une occasion de rencontre entre des responsables d’entreprises et des associations travaillant dans la proximité comme les associations de quartier. Les associations et les entreprises – deux milieux très éloignés – vont se rencontrer, faire connaissance et voir comment elles peuvent contribuer ensemble à améliorer la vie de leurs concitoyens à l’échelle locale. Il se déroulera du 11au 13 juin 2004 à la salle d’exposition de l’OFPPT, 50, rue Caporal Driss Chbakou, Aïn Borja à Casablanca.
Quelle est la définition retenue par vous d’une association de quartier ?
Une association de quartier est une association dont les activités (culturelles, sportives, éducatives) se déroulent dans un territoire assez réduit lui permettant ainsi d’avoir un impact assez large et permanent sur l’ensemble de la ou des populations ciblées. Nous sommes très attentifs à l’aspect apolitique des associations retenues. Nous en comptons une cinquantaine d’associations membres du Réseau des associations de quartier (RESAQ), toutes signataires d’une charte éthique et toutes engagées dans la promotion des mêmes valeurs qui seront présentées avec leurs programmes et leurs projets. Nous sommes aussi exigeant en matière de la mise à jour des statuts, des rapports moraux mais aussi à la parité homme-femme.
Qui sont les organisateurs du forum ?
Il s’agit d’un partenariat original entre la commission Entreprise et Proximité Sociale de la CGEM et le Réseau des associations de quartier de Casablanca (RESAQ). Nous visons un objectif simple : créer un partenariat entre une entreprise et une association de quartier en instaurant un soutien au programme d’action annuel de l’association, ainsi que le soutien a un projet précis présenté par l’association. Les projets et programmes d’action d’une association doivent porter généralement sur les domaines de la culture, sport, de la protection de l’environnement et la promotion de la citoyenneté. Ils sont toujours une occasion de diffuser des valeurs de tolérance, de progrès et de démocratie.
Pourquoi s’engager dans une telle démarche ?
Parce que ce qui s’est passé dans notre pays en mai 2003 est la preuve que nous ne pouvons plus rester passifs devant la fracture sociale et la marginalisation de larges couches de la population qui en résultent. Beaucoup de nos concitoyens ont besoin de ressentir une solidarité qui dépasse le cadre de l’action caritative.
Nous aspirons à ce que les patrons soient au rendez-vous. C’est l’occasion rêvée de concrétiser les bonnes résolutions et les promesses de l’après 16 mai. C’est surtout une occasion que nous offrons pour créer des liens durables.
La majorité écrasante des jeunes du pays n’adhère pas aux thèses extrémistes. Ma longue pratique du terrain me porte à croire le contraire. Ils sont plutôt intimidés et terrorisés par les extrémistes.
Un tel partenariat coûte-t-il cher? Nécessite-t-il un investissement-temps important ?
Non. Pour accomplir leur travail d’encadrement de la population et d’animation de la vie locale, les associations ont besoin d’une aide matérielle, somme toute, très modeste. Elles ont surtout besoin d’un soutien moral et organisationnel. À la question que peut se poser un chef d’entreprise : qu’attend-on concrètement de moi et de mon entreprise? La réponse est précise : accepter de mettre en place un partenariat formalisé par une convention – non contraignante – avec une association de quartier dans le cadre de laquelle ce soutien moral et matériel va se concrétiser. Il peut s’agir de fournir une aide financière, une aide logistique et-ou de rencontrer régulièrement les responsables de l’association pour les écouter, les orienter, les motiver ou les aider dans certaines de leurs démarches.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *