Une accélération a été observée à fin février : Hausse de 4,2% du crédit bancaire

Une accélération a été observée à fin février : Hausse de 4,2% du crédit bancaire

Les crédits alloués aux ménages ont marqué une progression de 5,5% se situant ainsi autour de 332,12 milliards de dirhams.

Le rythme d’évolution du crédit bancaire s’est accéléré à fin février. La ventilation relevée au deuxième mois de l’année se veut positive. La banque centrale relève dans ses dernières statistiques monétaires une hausse de 4,2% pour un encours global de l’ordre de 858,94 milliards de dirhams, soit un encours additionnel de près de 34,5 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année précédente. Une accélération a été dans ce sens observée au niveau des crédits immobiliers.

Leur encours s’est consolidé en une année de plus de 9 milliards de dirhams pour s’établir à fin février à 268,10 milliards de dirhams, soit une hausse de 3,5%. Les crédits habitat se sont chiffrés à cet effet à 207,82 milliards de dirhams, en progression de 5,5%. De cet encours, les crédits Mourabaha immobilière représentent un encours de 4,66 milliards de dirhams. En revanche, les crédits alloués aux promoteurs immobiliers perdent 1,88 milliard de dirhams de leur encours par rapport à la même période de l’année passée. Ils s’inscrivent ainsi en baisse de 3,3% se situant ainsi à 56,06 milliards de dirhams. Les comptes débiteurs et crédits de trésorerie se sont appréciés de 10,7% atteignant à fin février les 175,7 milliards de dirhams. L’encours des crédits à la consommation s’est également consolidé. Il s’est établi à 54,39 milliards de dirhams, en hausse de 5,7%. Les créances diverses sur la clientèle se sont pour leur part légèrement rétractées en repli de 297 millions de dirhams par rapport au même mois de l’année précédente. Ces créances sont ainsi revenues à 121,08 milliards de dirhams au deuxième mois de l’année en cours.

Par secteur institutionnel, Bank Al-Maghrib indique que le crédit du secteur non financier s’est amélioré de 4%. L’encours s’est ainsi chiffré à 744,53 milliards de dirhams, en amélioration de 28,41 milliards de dirhams par rapport aux encours accordés à la même période de l’année passée. La hausse du crédit du secteur non financier résulte, selon la banque centrale, de la hausse des prêts accordés au secteur privé. Ces derniers ont atteint à fin février les 673,31 milliards de dirhams, soit un encours additionnel de l’ordre de 23,11 milliards en dirhams traduisant une hausse de 3,6%.

Les sociétés non financières privées détiennent dans ce sens un encours de 341,19 milliards de dirhams, en progression de 1,7%. Les crédits alloués aux ménages ont marqué pour leur part une progression de 5,5% se situant ainsi autour de 332,12 milliards de dirhams. Bank Al Maghrib observe également dans ses statistiques une progression de 7,9% des encours alloués aux entreprises non financières publiques. Ils se situent à 71,22 milliards de dirhams dont 51,57 alloués aux sociétés non financières publiques (+5,9%) et 19 ,65 milliards de dirhams accordés aux administrations locales (+13,8%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *