Une affaire en or

À la surprise générale, l’Etat marocain et Vivendi Universal ont conclu, le jeudi 18 novembre, l’accord permettant au groupe français d’acquérir les 16% supplémentaires du capital de Maroc Telecom pour un montant de 12,4 milliards de DH, soit environ 1,1 milliard d’euros. La part de la société française au sein de l’opérateur historique passe ainsi de 35 à 51 %.
Cette transaction intervient à la veille de l’offre publique de vente à la fois sur la Bourse de Casablanca et à Euronext Paris. Le prix de cession, payable en janvier 2005, inclut la valeur des 16 % du capital achetés par Vivendi Universal et une prime de pérennisation du contrôle. Le groupe financera pour moitié cette acquisition via une dette à long terme contractée au Maroc. Désormais, Maroc Telecom passera du statut d’entreprise publique à celui d’entreprise privée.
Cette acquisition formalise également l’étendue des pouvoirs de VU au sein de MT dans la mesure où le groupe dirigé par Jean-René Fourtou détenait, via sa participation initiale, 51% des droits de vote. Cette situation devait prendre fin le 1er septembre 2005.
Qualifiée par la presse française de «terrain d’entente in extremis », cette transaction valorise désormais Maroc Telecom à 6,87 milliards d’euros, ou 77,5 milliards de dirhams, contre 66 milliards de dirhams quand Vivendi avait acheté, en 2000, 35% du capital et 51% des droits de vote de l’opérateur.
Évoquant la prochaine introduction en Bourse de 15% du capital de Maroc Telecom, parmi les 49% restant entre les mains de l’Etat marocain, Fathallah Oualalou, ministre des Finances et des Privatisations, a fait savoir que le prix moyen par action pour l’introduction en Bourse de Maroc Telecom sera inférieur à celui payé par Vivendi Universal. Cette valorisation s’explique par le fait que ce dernier intègre une prime pour garder le contrôle du groupe. Selon des milieux bancaires cités par l’agence Reuters, la période de souscription à Paris et à Casablanca d’une tranche de 14,9% du capital débutera lundi et s’achèvera le 3 décembre. Ces dates qui ne sont toujours pas confirmées. Cette opération vient confirmer le poids de l’opérateur historique dans le tissu économique national. Aujourd’hui, Maroc Telecom est une véritable machine des télécommunications, désormais dirigée par un opérateur de taille mondiale. Lors de la publication des résultats du troisième trimestre de V.U, MT s’est distinguée comme une formidable machine à cash et la filiale la plus rentable du groupe. Depuis l’ouverture de son capital, Maroc Telecom a réalisé des performances exceptionnelles : un résultat d’exploitation de 3,8 milliards de DH en 2001, porté à 5,9 milliards de DH en 2002 et à 6,9 milliards de DH en 2003. Tenue statutairement de verser au moins 50 % de son résultat distribuable sous forme de dividendes, elle a assuré une rémunération croissante à ses actionnaires, passant de 730 millions de DH en 2002 à 5.124 millions de DH en 2004, et contribué substantiellement aux recettes fiscales de l’Etat en devenant ainsi le premier contribuable du pays.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *