Une antenne de «YAL» au Maroc

Une antenne de «YAL» au Maroc

On dirait que les hommes d’affaires arabes commencent à traduire les discours en actes concret. Ainsi, les responsables de la Fédération des PME/PMI au Maroc ont eu, le jeudi 6 janvier à Rabat, une séance de travail avec une délégation du forum « Young Arab Leaders » (YAL, jeunes leaders arabes), un organisme indépendant basé à Dubaï. Dans la perspective de l’accompagnement de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange arabe, les entrepreneurs ont intréret à établir des passerelles entre eux.
Dans une déclaration à la MAP, le président du « YAL » et secrétaire général exécutif de l’Emirat de Dubaï, Mohammed Al-Gergawi, a indiqué que cette visite intervient sur instruction de Cheikh Mohamed Ben Rached Al-Maktoum, Prince héritier de Dubaï et ministre de la Défense des Emirats arabes unis.
L’objectif de ce séjour est d’entreprendre des contacts avec la partie marocaine, en particulier le secteur privé, et d’examiner la possibilité d’installer une antenne du « YAL » au Maroc, comme c’est le cas dans plusieurs autres pays arabes, a fait savoir M. Al-Gergawi, par ailleurs président des Conseils d’administration de « Dubaï Holding » et de l’Autorité de développement et d’investissement de Dubaï (Dubai Development and Investment Authority, DDIA).
Il a relevé l’existence de nombreux projets de coopération entre hommes d’affaires marocains et émiratis dans le but d’augmenter le volume des échanges entre les deux pays.
Créé en février 2004, le  » YAL » ambitionne, entre autres, d’intéresser les jeunes arabes aux questions de créativité et de développement en leur offrant l’occasion de faire la connaissance des expériences-pilotes dans le monde arabe.
Il se propose également de rendre les jeunes fiers de leur identité, en vue de leur redonner confiance en leurs capacités. Au cours de la rencontre avec la Fédération de la PME-PMI, qui s’est déroulée en présence de l’ambassadeur des Emirats arabes unis à Rabat, Aissa Hamad Abou Chihab, les deux parties ont fait état de leur détermination à promouvoir les échanges économiques entre les deux pays et à consolider le rôle du secteur privé dans cette entreprise.
Hamad Kessal, le président de la Fédération des PME/PMI, , a insisté, à cette occasion, sur l’intégration économique arabe à l’ère de la mondialisation, sans laquelle aucune économie ne peut, à elle seule, relever le défi de la concurrence. Il a jugé « possible » cette intégration, eu égard à la complémentarité et à la diversité des atouts des pays arabes, ce qui est à même de faire de cette région l’un des ensembles les plus forts au niveau international, appelant le secteur privé à s’acquitter de sa mission, en vue de baliser le terrain devant la réalisation de cet objectif.
Après avoir rappelé les efforts fournis par le Maroc aux plans juridique et législatif pour encourager l’investissement, ainsi que les différents accords de libre-échange avec plusieurs pays et groupements, il a estimé que la situation géographique du Royaume pourrait stimuler la coopération entre les sociétés nationales et émiraties pour s’implanter sur les grands marchés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *