Une banque islamique Maroco-Qatarie

Une banque islamique Maroco-Qatarie

ALM : Quel a été le but de votre rencontre avec le ministre des Finances et de la Privatisation, Fathallah Oualalou?
Cheikh Khalid Al Thani : En effet, nous avons tenu, lundi matin à Rabat, une réunion avec le ministre des Finances et de la Privatisation, Fathallah Oualalou. Lors de cet entretien, nous avons discuté d’un projet important, à savoir, la création au Maroc d’une Banque maroco-qatarie qui fonctionnera sous le système des banques islamiques. Le capital de cette banque sera détenu à hauteur de 50% par le Maroc et 50% pour le Qatar.
Comment s’est déroulée cette entrevue?
Je tiens à souligner que le ministre des Finances a manifesté beaucoup d’intérêt pour ce projet qui est d’ailleurs sollicité par les chefs d’Etat des deux pays, le Maroc et le Qatar. Ce projet aura également des incidences certaines sur l’environnement économique et social du Maroc. Ce que nous souhaitons maintenant, c’est d’accélérer les choses en passant à la phase de l’exécution. Je vous rappelle que ce n’est pas la première fois que je viens au Maroc pour discuter avec les responsables marocains de ce projet. En décembre 2002, je me suis réuni avec le ministre des Finances et de la Privatisation. Ainsi qu’en juin dernier où j’ai eu l’occasion d’en faire part à SAR le Prince Moulay Rachid. Celui-ci a manifesté un intérêt particulier pour ce projet.
Au Maroc, il n’y a pas de banque islamique. Comment comptez-vous procéder pour introduire ce nouveau système?
C’est justement le but de la réunion du lundi avec le ministre des Finances marocain. M. Oualalou nous a expliqué que Bank Al Maghrib ne dispose pas, à l’heure actuelle, de moyens essentiellement juridiques pour greffer au système bancaire marocain un établissement bancaire qui commercialise des produits financiers islamiques. De toute façon, ce n’est pas un obstacle infranchissable. Nous nous sommes engagés auprès du ministre des Finances et de la Privatisation à apporter tout le soutien possible pour mettre en oeuvre ce projet.
Quel type de soutien comptez-vous offrir au ministère des Finances et à Bank Al Maghrib, pour accélérer l’installation d’une banque islamique au Maroc?
Nous nous sommes déjà engagés à offrir toute l’assistance que souhaitent les autorités bancaires et financières marocaines. A ce titre, une délégation marocaine composée essentiellement du wali de Bank Al Maghrib, Abderrahim Jouahri, et du ministre des Finances et de la Privatisation, Fatahallah Oualalou a été invitée à se rendre à Doha, pour y rencontrer les responsables de la Banque Centrale du Qatar. Cette visite est prévue en marge d’une rencontre organisée par le FMI et la Banque Mondiale à Dubaï à la fin de ce mois de septembre. La délégation marocaine se rendra par la suite à Doha. Elle recevra, à cette occasion, toutes les explications techniques et juridiques sur le système des banques islamiques, lequel est parfaitement réalisable au Maroc.
Pensez-vous que le système des banques islamiques aura un succès auprès du public marocain?
Je suis absolument convaincu que le peuple marocain est demandeur de ce type de produits bancaires. Nous en avons discuté avec le ministre des Finances. Nous sommes pratiquement certains que l’ouverture d’une banque islamique aura un succès retentissant dans le Royaume. D’ailleurs, même des banques américaines et européennes ont commencé à ouvrir des branches de produits islamiques. Si ce système a montré ses preuves en Suisse ou en Grande-Bretagne, il aura un succès plus grand dans un pays musulman, le Maroc en l’occurrence.
Où comptez-vous ouvrir cette banque maroco-qatarie?
Le plus important c’est que nous avons l’intention d’ouvrir des agences dans pratiquement toutes les villes du Maroc. Nous serons une banque commerciale ouverte à tous les Marocains. Nous financerons tous les types de projets. Mais notre secteur de prédilection demeurera celui des crédits-logements. Je parle essentiellement du logement social, que SM Mohammed VI et le gouvernement marocain ont hissé au rang de priorité.
Avez-vous d’autres expériences en matière de banque islamique dans des pays musulmans?
Bien entendu. Le système des banques islamiques a eu un succès dans plusieurs pays et pas seulement musulmans. Nous l’avons introduit en Grande-Bretagne dans la Bank Of England et à la City Bank. Nous sommes également présents en Algérie, au Liban, au Yémen et en Egypte. Nous avons également des projets en France et dans d’autres pays européens. Le Royaume du Maroc demeure l’un des derniers pays à ne pas appliquer ce système.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *