Une caisse de 65 millions DH pour la région de Rabat

Une caisse de 65 millions DH pour la région de Rabat

Le plan d’action régional pour la promotion des initiatives de l’économie sociale et solidaire fait son chemin. Un contrat-programme concernant la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer a été signé dans ce sens, lundi 22 mars, à Rabat. Decoulant de la stratégie nationale élaborée en la matière par le ministère délégué chargé des Affaires économiques et générales, le contrat-programme a été signé par les différents partis concernés dans la région, à savoir Nizar Baraka, ministre délégué chargé des Affaires économiques et générales, Hassan Amrani, wali de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, Bouamar Taghouane, président du conseil de la région, Mohamed Talbi, directeur de l’Entraide nationale, Abdelkader Alami, directeur de l’Office du développement de la coopération, et Abdelkader Kiioua, inspecteur régional de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace. Aussi, pour la mise en œuvre du plan d’action régional, les partenaires ont convenu de créer une Caisse régionale pour le développement de l’économie sociale et solidaire dans la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer dotée de 65 millions de dirhams pour la période 2010-2014. Ainsi, ce plan d’action quinquennal (2010-2014) ambitionne la création de nouveaux postes d’emploi, la lutte contre la pauvreté et la précarité, la promotion des activités génératrices de revenu, l’insertion par une activité économique des personnes exclues des circuits économiques formels et la mise en place des conditions favorables à la création et à la pérennisation des entreprises collectives d’économie sociale. Il a également pour objectifs de contribuer à l’organisation du secteur informel, de soutenir les populations pour se prendre en charge elles-mêmes et de dynamiser et de développer les territoires par l’exploitation et la valorisation des richesses et des potentialités locales ainsi que de renforcer l’accès des porteurs de projets aux services sociaux, particulièrement la couverture médicale et la lutte contre l’analphabétisme. Aussi M. Baraka a pris la parole à cette occasion pour présenter le Plan d’action régional en question. Il a ainsi indiqué que l’élaboration de ce projet, qui est le fruit de la coopération et de la coordination entre son département et les différentes composantes de la région, a été basée sur une approche participative à travers des rencontres avec les intervenants dans ce secteur et l’organisation d’ateliers au profit des professionnels, des représentants d’associations et de coopératives et des élus. Pour sa part, le wali de la région a déclaré que ce plan vise le développement et le renforcement du tissu de l’économie sociale dans la région, à travers la création d’entreprises, ajoutant que le secteur de l’économie sociale reste en deçà des attentes au regard des défis relatifs aux besoins des habitants. Et d’ajouter que «ce secteur souffre de dysfonctionnements dont l’absence de l’esprit d’initiative et la faiblesse de l’expérience et de la compétence en matière d’élaboration des projets et de la gestion administrative et financière». Prenant la parole à son tour, M. Amrani a appelé à l’élaboration de nouvelles méthodes pour la promotion de l’emploi dans la région qui regorge d’atouts et de ressources diversifiées dans les domaines de l’agriculture, le commerce, le tourisme, le foncier, l’artisanat, les forêts et la pêche maritime. Aussi, le président du Conseil de la région a qualifié de «prometteur» le secteur de l’économie sociale dans la région, mais il a besoin d’une forte impulsion pour sa qualification au regard des dysfonctionnements dont il souffre. Pour sa part, M. Taghouane a appelé, dans ce sens, à une approche participative pour promouvoir le développement durable régional, et ce à travers l’intégration des jeunes dans le processus de production, l’association de la femme dans les activités de développement ainsi que la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale.


La coopérative en bref

Au Maroc, la coopérative est régie par le Dahir n°1-83-226 du 9 Moharrem 1405 (5 octobre 1984) portant promulgation de la loi n° 24-83 fixant Statut général des coopératives et les missions de l’Office de développement de la coopération (ODECO) tel qu’il a été modifié par le Dahir portant loi n° 1-93-166 du 10 septembre 1993. La coopérative peut être définie comme étant «un groupement de personnes physiques qui conviennent de se réunir pour créer une entreprise chargée de fournir, pour leur satisfaction exclusive, le produit et le service dont ils ont besoin et pour la faire fonctionner et la gérer en appliquant les principes fondamentaux (les principes coopératifs) dont le but est d’améliorer la situation socio-économique de ses membres».

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *