Une convention d’appui à la profession maraîchère de primeurs

Une convention d’appui à la profession maraîchère de primeurs

C’est en présence du ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, et du président de la FIFEL (Fédération interprofessionnelle de production et d’exportation des fruits et légumes), Lhoucine Adrdor, que s’est effectuée, le 19 avril, la signature d’une convention portant sur l’appui à la mise à niveau de la profession maraîchère de primeurs pour la période 2012-2013.
Cette convention tend à apporter un appui financier, technique et institutionnel à cette interprofession. Ainsi, les signataires de cette convention visent à réaliser des actions de sensibilisation et de formation au profit des acteurs de la filière tant au niveau de la production que de la valorisation et de la commercialisation. Par ailleurs, l’un des buts escomptés par cet accord est l’organisation de voyages d’études et des visites techniques pour les producteurs en vue de les familiariser avec les nouvelles techniques de production. Cette convention devrait également aider à la mise en œuvre d’actions visant l’agrégation des petits et moyens producteurs dans le cadre de projets intégrés. Pour sa part, le ministère de l’agriculture s’engage à contribuer au financement de ces actions en versant à la FIFEL un montant de 3 millions de dirhams par an sur la période 2012-2013. Ceci étant, la FIFEL  apportera sa contribution à la réalisation  des actions mentionnées par une contribution au financement d’une valeur d’un million de dirhams. Soulignons que le programme à entreprendre par la FIFEL porte sur des actions de renforcement de l’organisation professionnelle de la filière maraîchère des primeurs, l’encadrement technique des producteurs, la formation ainsi que l’incitation à l’agrégation des petits et moyens producteurs dans le cadre de projets intégrés.
M. Akhannouch a présidé, dans le même cadre, une rencontre avec le bureau de la FIFEL et pendant laquelle ont été débattus nombre de points cardinaux liés aux activités de ce secteur clef  (plus de 15 millions de journées de travail et 3,5 milliards DH de CA) et son ouverture sur les marchés internationaux (650.000 t de primeurs exportées en 2011). Les intervenants ont, en outre, discuté de points liés à l’organisation, l’environnement économique et financier de la filière et des moyens pouvant servir à améliorer le climat des affaires dans le secteur. L’accompagnement dans l’accès aux marchés dans le contexte marqué par l’adoption du nouvel accord agricole Maroc-Union européenne et toutes les prospections menées actuellement pour l’ouverture de nouveaux marchés, notamment le Canada. Par ailleurs, l’état d’avancement des contrats-programmes, signés entre les professionnels et le gouvernement, a également été à l’ordre du jour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *