Une étude des perspectives de développement du port de Laâyoune dans le pipe

Une étude des perspectives de développement du port de Laâyoune dans le pipe

Il traite 89% du trafic commercial portuaire de la région

L’étude portera sur l’élaboration d’un diagnostic de la situation actuelle du port et de ses conditions d’exploitation, et qui mettra en exergue les contraintes structurelles, fonctionnelles et opérationnelles du port à tous les niveaux, et par domaine d’activité.

L’Agence nationale des ports (ANP) commanditera le 5 décembre prochain une étude des perspectives de développement du port de Laâyoune contre trois millions DH.

Compte tenu du rôle joué par le port de Laâyoune au service de l’économie de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra en particulier et les provinces du Sud en général, et afin d’inscrire l’évolution du port et de son hinterland dans les recommandations du Plan directeur portuaire national, et en adéquation avec la dynamique de la ville et de la région après le lancement du Nouveau modèle du développement des provinces du Sud, l’ANP vient de lancer un appel d’offres pour étudier les perspectives de développement du port de Laâyoune vers des activités mieux adaptées et mieux rentables.

Cette étude se déroulera sous une forme participative et à visées opérationnelles en répondant à plusieurs objectifs dont l’analyse et l’évaluation de l’impact du système d’exploitation actuel du port sur les opérateurs économiques et la collectivité d’une manière générale en termes de coût et de compétitivité. Elle procédera à l’identification des nouvelles opportunités de business et des nouvelles vocations pour le site portuaire, en proposant les scénarios d’adaptation du site avec ses caractéristiques physiques et de redéploiement des infrastructures du port et de valorisation du patrimoine foncier existant.

Elle définira également des mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre du plan d’aménagement du port.

Dans ce sens, l’étude portera sur l’élaboration d’un diagnostic de la situation actuelle du port et de ses conditions d’exploitation, et qui mettra en exergue les contraintes structurelles, fonctionnelles et opérationnelles du port à tous les niveaux, et par domaine d’activité. Ainsi que les améliorations possibles des installations portuaires existantes et des modes d’exploitation dans le but d’augmenter la productivité et de déterminer la capacité optimale offerte par le port pour le passage des trafics commerciaux et de pêche maritime. D’ailleurs, d’après le Plan directeur portuaire national à l’horizon 2030, le port de Laâyoune devrait pouvoir s’adapter à l’augmentation des trafics prévisionnels de la région. En effet, son hinterland recèle un potentiel de développement économique important grâce à la pêche, d’une part, et au programme de développement des énergies renouvelables d’autre part, avec la création d’unités industrielles de production d’électricité (éolienne et solaire).

A souligner que le port de Laâyoune est le principal port polyvalent de la région du grand Sud, dont l’activité commerciale s’élève à environ 5 millions de tonnes annuellement, composées essentiellement d’importations d’hydrocarbures et d’exportations de phosphate et de sable.

Il est également le premier port de pêche du Royaume, avec environ 43% des débarquements de la pêche côtière. Les ports de Laâyoune et Dakhla constituent les socles du trafic portuaire commercial de la région du Grand Sud. Le port de Laâyoune traite 89% du trafic commercial portuaire de la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *