Une facture énergétique très salée à fin septembre

Une facture énergétique très salée  à fin septembre

Elle a grimpé de 19,4 %, soit 9,82 milliards de dirhams de plus que l’année dernière

Le Maroc a importé au titre des 9 premiers mois de l’année 60,52 milliards de dirhams de produits énergétiques. Des achats en hausse de 19,4 % par rapport à la même période de l’année précédente, soit une valeur additionnelle de l’ordre de 9,82 milliards de dirhams. C’est ce que l’on peut relever des dernières statistiques de l’Office des changes. Par produit, le Maroc a importé à fin septembre plus de 30 milliards de dirhams de gas-oils et fuel-oils, soit 22,1 % de plus que la même période de l’année précédente. Les achats d’houilles, cokes et combustibles solides ont grimpé pour leur part de 40,4% pour s’établir autour de 6,5 milliards de dirhams contre 4,6 milliards de dirhams au titre des neuf premiers mois de l’année passée. La hausse de la facture énergétique a contribué fortement à la consolidation des importations du Royaume durant les neuf premiers mois de l’année. Les produits énergétiques font partie en effet des trois groupes des produits représentant 73,9 % de la hausse totale des importations.

Citons à cet effet les achats de biens d’équipement et les produits finis de consommation qui se sont redressés respectivement de 8,09 et 5,29 milliards de dirhams à fin septembre. En somme, les achats du Maroc au titre des neuf premiers mois de l’année se sont établis à 353,8 milliards de dirhams, en appréciation de 9,7%, soit des importations supplémentaires de 31,39 milliards de dirhams. Une ventilation qui reste beaucoup plus importante que celle enregistrée au niveau des exportations. Le Maroc a réalisé à l’export un chiffre d’affaires de 201,55 milliards de dirhams, en hausse de 11 %. Ainsi, les ventes du Royaume se sont consolidées d’environ 20 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année passée.

Une hausse qui résulte en grande partie de la performance enregistrée par trois secteurs stratégiques. Il s’agit de l’automobile, des phosphates et dérivés et l’agriculture et agroalimentaire ayant contribué à hauteur de 71 % à la hausse des exportations nationales à fin septembre. Les secteurs de l’aéronautique et du textile et cuir ont également vu leur expédition croître sur le marché international. Leurs exportations se sont améliorées respectivement de 1,22 et 1,39 milliard de dirhams. Malgré cette performance, la balance commerciale continue de pencher en faveur des importations, ce qui n’aide pas à résorber le déficit commercial. Ce dernier s’est établi à 152,24 milliards de dirhams à fin septembre s’aggravant ainsi de 8,2 % ou encore 11,48 milliards de dirhams par rapport à ce qui a été relevé une année plus tôt. L’office des changes note par ailleurs dans ses derniers indicateurs préliminaires des échanges extérieurs une stabilité des recettes MRE.

Les transferts des Marocains du monde se sont chiffrés à 49,76 milliards de dirhams, soit au même niveau que ce qui a été généré à la même période de l’année passée. La balance voyages a, quant à elle, vu son solde fléchir de 3,8 % atteignant les 40,25 milliards de dirhams contre 41,83 milliards de dirhams à fin septembre 2017. Le flux des IDE a continué à fléchir affichant un repli de 3,2 %, soit des investissements de l’ordre de 18,94 milliards de dirhams contre 19,56 milliards de dirhams l’année précédente.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *