Une formation pour le développement du marché

Dans une ambiance festive, la Bourse de Casablanca a accueilli, jeudi 10 juillet, les cadres des sociétés de Bourse qui ont bénéficié du programme d’habilitation des métiers de la Bourse et qui ont été certifiés par l’Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB). Intervenant à cette occasion, Sanaâ Laroui, déléguée générale de l’APSB, a précisé que jusqu’à aujourd’hui, deux cycles ont été assurés, couvrant deux thèmes généraux, à savoir «Réglementation, déontologie et contrôle interne et perfectionnement professionnel», et 8 modules spécialisés. «Ce programme a démarré en novembre 2006, le premier cycle s’est achevé en avril 2006 en habilitant 5 candidats sur 12 ayant été admis au programme. Le deuxième cycle a connu un grand succès quant au nombre de personnes inscrites, (28 candidats contre 12 l’année précédente). Le cycle 2007-2008 a démarré en novembre 2007 et a clôturé en mai 2008, en habilitant 13 candidats sur 19 ayant été admis au programme. Soit un total de 18 candidats certifiés pour les deux cycles», a ajouté Mme Laroui. Pour sa part, Youssef Benkirane, président de l’APSB, a affirmé que le programme, auquel ont pris part ces cadres, ambitionne de servir le marché, pour le faire progresser en permanence de façon à répondre aux besoins multiples et complexes d’une clientèle extrêmement exigeante. Quant à Dounia Taarji, directrice générale du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM), elle a assuré que cette démarche est née d’un constat qui a été fait par le CDVM qui concerne un certain nombre de lacunes. «Ce constat a été aussi partagé par l’APSB qui, sur un marché en perpétuelle évolution, avait la conviction que la seule façon de continuer à le développer, c’est d’améliorer en permanence les compétences des professionnels et donc de veiller à ce que les sociétés de Bourse soient en permanente amélioration de leur savoir-faire », a-t-elle précisé. Quant aux objectifs d’une telle formation, Mme Taarji a fait savoir que «l’objectif est d’assurer les compétences du capital humain qui est la force des métiers de Bourse, de manière à ce que l’image du professionnalisme des sociétés de Bourse soit en permanente amélioration et à ce que les pratiques permettent de veiller au respect des règles et du marché ». Elle a ajouté qu’actuellement la seule préoccupation est que ces habilitations soient reconnues et que les professionnels les réclament sur le marché, ce qui sera un gage de qualité et de professionnalisme. Par ailleurs, et concernant l’avenir de ce programme, la directrice du CDVM a lancé un appel aux différents intervenants de penser à spécialiser encore davantage les modules pour avoir une formation particulière à certains métiers, comme celles des sociétés de gestion. «Lorsque les choses prendront une grande ampleur pourquoi ne pas déléguer cela à des organismes spécialisés, puisque ce n’est ni le métier du CDVM ou de l’APSB, ni de la Bourse de gérer des programmes de formation», a-t-elle annoncé. Les propos de Fath-Allah Berrada, président de la Bourse de Casablanca, ont rejoint ceux de Mme Taarji, dans la mesure où il a insisté sur le fait qu’aujourd’hui il s’agit d’un processus d’éducation du marché boursier, mais dans l’avenir il sera sujet de déléguer cela à des institutions spécialisées. Le programme d’habilitation des métiers de la Mourse, qui a été conçu spécialement pour les cadres des sociétés de Bourse, tous métiers confondus, est un signe de maturité que connaît le marché boursier national, ayant pour objectif de participer à son développement.     

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *