Une planification rénovée

Une planification rénovée

Dans le cadre du concept de planification rénovée que le Haut Commissaire au Plan (HCP) entend promouvoir, un atelier s’est tenu, les 16 et 17 juillet à Casablanca. Organisé sous le thème « Eveil aux problématiques du Maroc 2030” et tenu dans le cadre d’un programme d’assistance avec le programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), l’atelier s’est fixé pour objectif « la formulation des actions 2004/2005 du Programme de réflexion sur la Prospective Maroc 2030 ».
Devant un auditoire exceptionnel constitué d’universitaires, d’administrateurs d’entreprises publiques et privées, d’homme politiques, d’ONG et de journalistes, le Haut Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi a tenu à cadrer le débat : « La planification doit partir d’une vision claire des itinéraires possibles qui pourront conduire au projet de société auquel aspire la nation marocaine ».
Ainsi, la planification doit aussi partir d’une bonne analyse des scénarios compatibles et incompatibles pour consolider les uns et conjurer les autres par des stratégies appropriées. Une telle approche fait de la prospective en longue période l’un des instruments essentiels d’une planification rénovée, celle-ci devant, en effet, proposer des priorités à moyen terme et une mobilisation des moyens en fonction de choix stratégiques à long terme qui soient partagés et bien appropriés par les forces vives de la nation. « Nous attendons une meilleure lecture des itinéraires de progrès que nous pourrions suivre pour réaliser le projet de société auquel aspire le Maroc tout en démomifiant notre langage », a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le HCP a entrepris en 2003, une réflexion sur la « Prospective Maroc 2030 » dans l’intention de dessiner les contours des futurs possibles et d’apporter des éléments de réponse aux questions posées par une planification de la mise en oeuvre, par étapes, du projet de société. Ainsi, les premières activités ont porté sur la méthodologie de la prospective et sur la formation de cadres du HCP et de l’administration à ces approches. Cette démarche, qui implique une réflexion stratégique sur la prospective, devrait constituer l’opportunité d’un large débat et d’une prise de conscience des opinions publiques quant aux options possibles, aux contraintes à affronter et aux potentialités à développer et à valoriser dans un monde plus global et plus complexe, a-t-il estimé.
C’est ce constat qui est à l’origine de la place accordée par le Programme 2004-2005 à la tenue d’ateliers-débats auxquels seront conviés des représentants de la société nationale et dont les résultats serviront de socle constitutif pour la construction des scénarios de prospective.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *