Une stratégie a été définie à l’horizon 2030 : Le nouveau visage du paysage portuaire

Une stratégie a été définie à l’horizon 2030 : Le nouveau visage du paysage portuaire

A l’instar des autres secteurs productifs, le transport maritime s’est doté depuis 2010 d’une feuille de route ambitieuse visant à accompagner l’évolution de l’économie nationale et à intégrer le Maroc à la compétitivité mondiale.

La stratégie définie à l’horizon 2030 trace un nouveau visage du paysage portuaire national. L’idée étant d’introduire de nouvelles notions de gestion et de nouveaux modes de fonctionnement assurant ainsi un développement harmonieux de la connectivité maritime et ce dans le respect absolu des spécificités de chaque région du Royaume. Cette vision est venue en effet répondre à six objectifs déterminants.

Il s’agit en l’occurrence de l’optimisation de la compétitivité de la chaîne logistique et de la valorisation des ressources. La finalité étant également d’assurer la sécurité des approvisionnements stratégiques et d’accompagner les mutations économiques du pays. Parmi les objectifs escomptés on note également le renforcement du système portuaire afin de faire face aux changements régionaux et internationaux et lui permettre par ailleurs de saisir pleinement les opportunités géostratégiques qui s’offrent à lui. La stratégie érige les ports marocains en 6 pôles performants et compétitifs. Citons en premier le pôle de l’Oriental qui est tourné vers l’Europe et la Méditerranée, suivi du pôle Nord-Ouest, reliant la porte du détroit à Tanger. Le pôle de Kénitra-Casablanca regroupe pour sa part deux ports dont Mohammedia et Casablanca.

 

Avec Jorf Lasfar, le pôle Abda Doukkala se positionne comme un centre de l’industrie lourde. Par ailleurs, le pôle du Souss-Tensift comprend le complexe portuaire d’Agadir au moment où le pôle des ports du Sud regroupe à la fois le port de Tan-Tan, Laâyoune et Dakhla. La définition des pôles permet de configurer les ports majeurs au niveau territorial liant ainsi le développement portuaire à une région et à son environnement. La stratégie portuaire 2030 c’est également un fort élan d’investissement visant à moderniser l’infrastructure portuaire. Des projets d’envergure sont menés depuis l’implémentation de cette stratégie dotant ainsi le Royaume de nouveaux quais, à l’instar du port minéralier de Safi dont la première tranche sera mise en exploitation en 2020 au moment où les travaux se poursuivent au port Nador West Med.

En parallèle, des études sont en cours pour la réalisation des ports de Dakhla, Kénitra et Jorf Lasfar. La stratégie prévoit également l’extension de ports existants. A cet effet, de nouveaux ouvrages d’accostage ont été mis en place au niveau du port de Jorf Lasfar. Le port de Casablanca s’est doté depuis 2018 d’un port de croisière. Les travaux sont en cours pour la réalisation d’une gare maritime au sein de ce complexe portuaire. Les autorités ont également procédé à la création d’un quai roulier au port de Tarfaya favorisant ainsi plus de connectivité avec les îles Canaries. Au niveau d’Agadir, un chantier est ouvert pour la mise en place d’un terminal polyvalent qui contribuera à l’augmentation de la capacité du commerce dans ce port.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *