Une tentative pour sauver le partenariat euroméditerranéen

La vice-présidente de la Commission européenne, Loyola Palacio, a appelé lundi à Tunis les pays euro-méditerranéens à créer des réseaux de connexion dans les domaines de l’énergie et des transports.
Des réseaux trans-euro-méditerranéens seront un puissant vecteur d’intégration et de stabilité entre les deux rives de la Méditerranée, a-t-elle plaidé à l’ouverture d’une conférence organisée dans la capitale tunisienne. Cette réunion sur l’approvisionnement énergétique de la région euro-méditerranéenne a été ouverte par le ministre tunisien de l’Industrie Moncef Ben Abdallah, avec la participation du secrétaire d’Etat italien chargé de l’Energie, Mario Valducci, et du secrétaire général de la charte européenne de l’énergie, Ria kemper.
Cette conférence a pour objectif de débattre des moyens de renforcer la coopération entre les pays de la région en matière d’investissement dans le secteur énergétique.
Mme Palacio a rappelé que la réunion euroméditerranéenne de Valence (Espagne) les 22 et 23 avril dernier, avait retenu des propositions pour la création de réseaux énergétiques, ferroviaires et routiers sud-sud et nord-sud. Ces propositions serviront à mettre en place un plan d’action permettant d’orienter les investissements et de favoriser des financements par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ou le programme Meda de l’Union Européenne, a-t-elle indiqué. En 2020, l’Union Européenne dépendra à 90% de l’approvisionnement extérieur pour sa consommation d’énergie, a-t-elle noté. Elle a souligné également l’importance d’assurer la sécurité énergétique du bassin méditerranéen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *