Une trentaine de coopératives vantent le terroir marocain au SIA

Une trentaine de coopératives vantent le terroir marocain au SIA

Plus de 1.400 petits agriculteurs représentés à cette manifestation parisienne

La grand-messe des agriculteurs d’Europe et du monde a ouvert ses portes, samedi 23 février, à Paris. Le Salon international de l’agriculture de Paris (SIA) a réussi au fil des 55 éditions passées à se positionner comme une importante manifestation du secteur. Le Maroc, fidèle à ce rendez-vous, a répondu présent à l’édition 2019 du Salon, soit la 56ème de l’histoire du SIA. Une participation forte et distinguée des coopératives agricoles marocaines a été observée lors de l’inauguration du Salon par le président français Emmanuel Macron. Une opportunité prometteuse pour la valorisation et la commercialisation du terroir marocain qui connaît un grand engouement à l’international.

«Le SIA offre un espace extrêmement important d’abord pour faire connaître le produit marocain mais également pour accompagner les coopératives, portées par des jeunes et des femmes, en vue de leur offrir une meilleure connexion vers le marketing et la commercialisation», déclare à cet effet Mohammed Sadiki, secrétaire général du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. La présence du Maroc pour la septième fois à ce Salon répond à l’un des impératifs de la stratégie agricole du Maroc, à savoir la mise à niveau des petits agriculteurs. Ces manifestations leur offrent en effet une occasion propice à la prospection de nouvelles opportunités d’affaires. Un tremplin pour accéder par la grande porte au marché international en exportant vers de nouvelles destinations. «L’objectif recherché est de mettre à niveau ces coopératives sur tous les plans, en l’occurrence production, qualité des produits, marketing et packaging, mais aussi l’accès au marché international. C’est la raison pour laquelle l’ADA a prévu l’organisation de plus de 300 rencontres BtoB avec des opérateurs français mais aussi européens durant les neuf jours que durera le Salon», explique pour sa part Mahdi Arrifi, directeur général de l’Agence pour le développement agricole (ADA), entité organisatrice de la participation marocaine au SIA. Ainsi, les coopératives présentes au Salon auront jusqu’au 3 mars pour démarcher les partenaires et décrocher de nouveaux contrats à l’export assurant ainsi une grande visibilité à l’international de nos produits du terroir.

Une large palette de produits entièrement labelisée (AOP, IGP et sous label collectif Terroir du Maroc) est exposée, de quoi faire le bonheur des visiteurs de ce Salon. Huiles alimentaires et cosmétiques, épices, dattes, olives, safran, plantes aromatiques, épices et différentes variétés de couscous sont disponibles en vente au stand marocain aménagé sur une superficie de 300 mètres carrés. Rappelons que 30 coopératives agricoles marocaines, dont une vingtaine primo-participantes, ont fait le déplacement jusqu’à Paris pour participer à ce Salon. Ces coopératives regroupent en effet plus de 1.410 petits agriculteurs dont 489 femmes rurales en provenance de toutes les régions du Royaume.

Leur sélection s’est faite sur la base de critères stricts. Citons à cet effet l’obtention de l’autorisation/ l’agrément délivrés par l’Office national de sécurité sanitaire des aliments (ONSSA), la qualité de leurs produits et de leur packaging ainsi que la diversité de leurs gammes. La finalité étant de démontrer le saut distinctif de l’offre marocaine aux 700.000 visiteurs attendus à ce Salon. A noter que le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et l’ADA déploient tous les efforts pour accompagner les petits agriculteurs et producteurs dans la commercialisation de leurs produits leur permettant ainsi d’améliorer leurs revenus et par conséquent leurs conditions de vie. La participation marocaine au SIA coïncide avec le dixième anniversaire de la mise en œuvre du Plan Maroc Vert. Une stratégie dont l’impact n’est plus à démontrer. Cette vision a eu en effet des retombées significatives aussi bien sur le plan économique que sur l’amélioration des revenus des coopératives et des producteurs ainsi que sur la création d’emploi dans le monde rural.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *