octobre 17, 2018

 

Université Euromed de Fès : 148 MDH pour accompagner la construction et l’équipement de l’éco-campus

Université Euromed de Fès : 148 MDH pour accompagner la construction et l’équipement  de l’éco-campus

L’Union européenne (UE), la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF) ont signé, mercredi à Rabat, une convention de financement de plus de 13 millions d’euros, soit plus de 148 MDH, pour accompagner la construction et l’équipement de l’éco-campus de l’Université.

Inscrite dans le cadre du mécanisme de Facilité d’investissement pour le voisinage (FIV), cette convention, signée lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, réaffirme le soutien de l’UE et de la BEI aux ambitions de l’UEMF pour une formation d’excellence, boursière et sociale, résolument tournée vers les nouveaux métiers et vers l’économie verte.

Lors de cette cérémonie, M. Benchaaboun a mis l’accent sur l’importance de ce projet qui émane de l’initiative de SM le Roi Mohammed VI et qui a pour objectif l’édification d’un éco-campus visant la promotion et le développement dans la zone euro-méditerranéenne, de la recherche et d’un enseignement de haut niveau dans les domaines scientifiques et techniques ainsi qu’en sciences humaines et sociales.

De son côté, le président de l’UEMF, Mostapha Bousmina, a fait savoir que ce financement de plus de 13 millions d’euros, qui fait suite à un don de plus 5 millions d’euros précédemment accordé à l’Université, permettra la construction et l’équipement de l’éco-campus qui respecte les normes internationales et les exigences du développement durable.

A faible empreinte carbone, cet éco-campus sera, entre autres, accessible aux personnes à mobilité réduite, et permettra à plus de 18 nationalités issues des différents pays des deux rives de la Méditerranée de se côtoyer et de construire ensemble un futur commun, et ce en parfaite adéquation avec les missions qui ont été assignées à l’UEMF par le Souverain, à savoir être une plateforme de dialogue, d’échange et de coopération entre le Nord et le Sud de la Méditerranée avec un prolongement vers l’Afrique subsaharienne, a souligné M. Bousmina. Pour sa part, l’ambassadeur chef de délégation de l’UE auprès du Royaume, Claudia Wiedey, a exprimé son souhait de voir plusieurs promotions d’étudiants de la Méditerranée, de l’Afrique subsaharienne et de l’Europe, sortir de l’UEMF «nourris des valeurs de tolérance entre les peuples, enrichis des vertus de l’interculturalité et forts des compétences les plus utiles tant pour le marché du travail local qu’international».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *